Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ambulanciers en grève dans le Nord Franche-Comté

lundi 25 septembre 2017 à 11:05 Par Soline Demestre et Caroline Felix, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une cinquantaine d'ambulanciers de Franche-Comté sont mobilisés ce lundi. Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail et demandent plus de reconnaissance, notamment en matière de salaire.

Des ambulanciers nord franc-comtois dénoncent leurs conditions de travail
Des ambulanciers nord franc-comtois dénoncent leurs conditions de travail © Maxppp - Sebastien JARRY

Belfort, France

Des ambulanciers franc-comtois sont en grève ce lundi. Ils sont une cinquantaine des entreprises Jussieu à Besançon et Belfort et d'autres entreprises du nord Franche Comté. Ils ont distribué des tracts ce lundi matin au rond-point de Sévenans avant de mener une opération escargot sur la nationale 1019 jusqu'à l'hôpital où ils ont reconduit la distribution aux automobilistes.

12 heures payées 9h

Ils profitent de l'appel national à la grève lancé aujourd'hui dans les transports par la CGT contre la loi travail, pour alerter sur leurs conditions de travail et le malaise qui s'installe chez les ambulanciers. "Le métier d'ambulancier aujourd'hui c'est un métier qui n'est pas visible, explique Mounir Svizeffe, l'un des grévistes de Jussieu à Belfort. On travaille beaucoup mais on ne nous voit pas. Quand on travaille de nuit, on fait 12h payées 9h, sans pause repas, ni pause café. On a des primes de nuit mais seulement quand on dépasse les 270 heures par an. Aujourd'hui on demande à être payé à 100 % et pas à 75% quand on est de nuit, que le temps de présence dans l'entreprise soit intégralement payé."

On a l'impression de faire du transport de colis " - Gaëtan Guth, ambulancier en grève

"Aujourd'hui on a l'impression de faire du transport de colis et non plus du transport de patients, ajoute Gaëtan Guth, qui travaille lui aussi aux Ambulances Jussieu de Belfort. On a de plus en plus de travail, on doit aller de plus en plus vite. On n'accompagne plus le patient dans le service ou chez lui, aujourd'hui on le dépose et on repart."

Les grévistes tiendront une assemblée générale ce lundi soir pour décider de la reconduite ou non du mouvement.