Économie – Social

Aménager son garage pour des sans-abris : la fausse bonne idée d'un Côte-d'Orien

Par Lila Lefebvre, France Bleu Bourgogne jeudi 12 octobre 2017 à 1:55

Le propriétaire a isolé le garage, installé des meubles et même un chauffage.
Le propriétaire a isolé le garage, installé des meubles et même un chauffage. © Radio France - Lila Lefebvre

Un retraité de Saint-Apollinaire a aménagé son garage près de la gare de Dijon pour y recevoir des sans-abris. Une belle initiative qui pose des questions de sécurité.

"Je ne sais pas où c'est, je ne le connais pas ce monsieur, et puis... je ne sais pas qui il y aura là-bas", Bernard, 50 ans, n'est pas sûr de quitter le trottoir qu'il occupe près de la gare pour aller passer la nuit dans ce garage aménagé. Il est pourtant idéalement situé, à quelques mètres en contrebas. Sur le papier l'initiative est louable, le propriétairen un retraité de Saint-Apollinaire possède un garage près de la gare de Dijon il l 'a isolé, y a installé un lit, des meubles et même du chauffage.

"Mais ça ne marche pas comme ça, regrette Bernard Dussaucy, président de l'association SOS voyageurs qui accompagne les SDF dans la gare de Dijon, notre rôle c'est d'informer et d'accompagner les personnes isolées vers les structures d'accueil prévues pour". Les bénévoles de son association sont toujours en relation avec le 115 qui s'occupe de distribuer les places d'hébergement d'urgence aux bénéficiaires. Le département de Côte-d'Or en compte 560.

"Ce qu'elles demandent le plus c'est d'être orientées et accompagnées"

Il salue l'initiative de ce retraité, mais l'invite plutôt à prendre conscience des besoins réels des personnes dans la rue, "elles ont, certes, besoin d'un lit chaud pour dormir, mais c'est au 115 de s'en charger. Ce qu'elles demandent c'est aussi c'est d'être orientées et accompagnées". L'objectif des associations est avant tout de réintégrer les personnes qui vivent à la rue, une fois prises en charge elles entrent dans un véritable parcours, elles sont suivies par des travailleurs sociaux qui réfléchissent aux meilleures solutions pour elles. Le danger en hébergeant des personnes chez soi c'est qu'elles sortent des radars des services sociaux, et ainsi de réduire à zéro le travail entamé par les associations.

Des règles de sécurité à respecter

En outre, ce garage solidaire pose de vraie questions de sécurité, il ne dispose pas de fenêtres, il est donc dangereux d'y installer un chauffage. Il est installé au pied d'un immeuble d'habitation de huit étage, et n'est absolument pas destiné à être habité. Bien sûr, rien n'empêche d'accueillir des sans -abris chez soi, mais le directeur départemental de la cohésion sociale de la préfecture de Côte-d'Or tient à rappeler qu'il existe des règles strictes qui encadrent l'hébergement d'urgence, "il faut pouvoir garantir un logement décent, et toutes les règles de sécurité".