Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : les "clusters" ont-ils créé les emplois promis ?

-
Par , France Bleu Picardie

Deux ans après le lancement d'Amiens cluster, l'infrastructure qui favorise les échanges entre entreprises, collectivités et universités affiche une quarantaine de membres. Et combien d'emplois créés ? Le directeur général table sur 50 à 100 emplois par an, une fois atteint un "rythme de croisière".

Le Quai de l'innovation, berceau d'Amiens Clusters en centre-ville.
Le Quai de l'innovation, berceau d'Amiens Clusters en centre-ville. © Radio France - Marc Bertrand

C'était la promesse phare du pacte pour l'emploi, signé en 2014 par Brigitte Fouré et Alain Gest au moment de la dernière élection municipale : baisser significativement le chômage dans la métropole d'Amiens dans le temps de leur mandat. Ils misaient notamment sur l'innovation, avec la création d'Amiens Cluster, une institution devant favoriser les échanges et le travail en commun entre l'Université Picardie Jules-Verne, les entreprises et les collectivités locales. L'ouverture du quai de l'innovation devait aussi développer les Start-up.

"On va entrer dans un rythme de 50 à 100 emplois créés par an"

Trois clusters ont été ouverts, sur les thèmes du numérique, de la e-santé et de l'énergie, qui comptent en tout une quarantaine d'entreprises membres, de la start-up au grand groupe comme Enedis. Six ans après, le directeur d'Amiens Cluster François-Xavier Level le dit : "Oui, on crée des emplois. On va commencer à rentrer dans un rythme de création de 50 à 100 emplois par an. Mais on n'est pas dans un calendrier politique. Un cluster atteint une pleine maturité entre 5 et 10 ans. Là, on n'est opérationnels que depuis deux ans, après des premières années à partir de 2014 où il a fallu imaginer Amiens Cluster". 

Et le directeur d'Amiens Cluster de citer des exemples : "Tiamat fait partie d'Amiens Cluster, ils sont en train de finaliser une levée de fonds de plus de 20 millions d'euros grâce à leur projet de batterie au sodium-ion". L'entreprise veut ouvrir à Amiens une usine de pré-industrialisation pour pouvoir produire assez de batteries afin de les tester sur des voitures. 

François-Xavier Level évoque aussi l'installation d'Orange Bank, dont les bureaux sont en construction dans le nouveau quartier Gare-La Vallée : "Le cluster les a aidés à tisser des liens avec l'UPJV, pour l'ouverture de filières pour former les futurs téléconseillers bancaires dont ils ont besoin"

"Ce n'est pas seulement avec des start-up qu'on change les choses"

Le directeur d'Amiens Cluster cite encore le projet qui vise à faire d'Amiens une ville autonome en énergie en 2050. Le cluster doit accueillir les starts-up qui vont imaginer la ville propre de demain.

"C'est beau, c'est moderne, mais c'est pas simplement avec des start-up qu'on changera les choses", répond Thomas Hutin, conseiller municipal d'opposition, candidat aux municipales sur la liste Amiens c'est l'tien : "Moi le chiffre que j'ai eu officiellement, c'est 24 créations d'emplois par les entreprises membres de ce cluster, donc on est loin d'une dynamique qui transforme la ville. Pourtant des millions ont été injectés dans ces organismes"

Attendez quand même un peu, répond Amiens Cluster, qui assure que les bénéfices des clusters sur l'emploi se font souvent ressentir à partir de cinq voire dix ans d'existence.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess