Économie – Social

Amiens : quatre repreneurs potentiels pour Prima France

Par Paul Barcelonne, France Bleu Picardie mercredi 19 juillet 2017 à 18:35

Quatre projets de reprise présentés à l'intersyndicale de Prima France
Quatre projets de reprise présentés à l'intersyndicale de Prima France © Radio France - Google View

La direction de Prima France, le sous-traitant de l'usine Whirlpool d'Amiens, a présenté quatre projets de reprise à l'intersyndicale, ce mercredi. Les salariés partent en vacances "plus sereinement". En attendant une décision, au mois de septembre.

Quatre repreneurs potentiels pour l'usine Prima France, située à Amiens, dans la Somme. Prima France est un sous-traitant de Whirlpool, l'usine fabrique des pièces plastiques pour sèche-linges. Comme son voisin, l'usine stoppera sa production en juin 2018. La direction a présenté ce mercredi quatre projets de reprise à l'intersyndicale. "Il y a une piste sur les quatre qui n'est pas très sérieuse" détaille Rochdi Gasmi, le délégué syndical CFTC. Trois projets de plasturgie et un projet de métallurgie sont sur la table. La meilleure offre propose de reprendre une trentaine des 56 salariés. L'entreprise devrait annoncer en septembre le nom du potentiel repreneur. "On va attendre et profiter des vacances" souffle Mohamed El Mokrétar, le délégué syndical Force Ouvrière. L'usine Prima France sera fermée du 21 juillet au 16 août.

"Monsieur Decayeux, vous pouvez faire un effort !" - Mohamed El Mokrétar, délégué syndical

Aucun des projets présentés aux salariés par la direction de Prima France ne prévoit de reprendre l'ensemble des 56 salariés. "On va faire avec" admet Rochdy Gasmi, délégué CFTFC. "On veut un repreneur, alors Monsieur Decayeux, vous pouvez faire un effort, on est que 56 !" sourit Mohamed El Mokrétar, en référence au projet de reprise de l'usine Whirpool par l'entrepreneur Nicolas Decayeux. Mais le délégué syndical Force Ouvrière décrit un sentiment d'abandon au sein de l'usine. "Là, il n'y a pas d’élection, personne ne veut de 56 salariés de Prima France". La direction de Prima France devrait annoncer le nom d'un repreneur au mois de septembre. "Sinon la donne changera" prévient Rochdy Gasmi.

Quatre repreneurs potentiels pour l'usine Prima France, située à Amiens - Paul Barcelonne

Les salariés de Prima France ne partiront pas sans rien

Depuis juin dernier, l'intersyndicale et la direction de Prima France ont signé un accord : les salariés ne partiront pas sans rien. Plus exactement, ils partiront avec les mêmes garanties que les salariés de l'usine Whirlpool d'Amiens. Si l'ensemble des salariés n'est pas retenu dans le projet de reprise choisi ou si aucun de ces projets n'aboutit, le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sera ouvert en septembre. Il prévoit : 1 800 euros d'indemnité par années d'ancienneté pour chaque salarié et une indemnité supra-légale de 25 000 euros.