Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Anne Bello démissionne de la direction du Pôle thermal d'Amnéville

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Elle a annoncé sa décision dans une lettre, adressée vendredi dernier aux personnels : Anne Bello quitte ses fonctions de PDG du Pôle thermal. Elle refuse de réduire les effectifs, comme le lui aurait demandé Destination Amnéville la semaine dernière.

Anne Bello
Anne Bello © Radio France - Valérie Pierson

Une démission fracassante. Anne Bello va quitter ses fonctions de Présidente-directrice générale ce mardi, à l'issue de l'assemblée générale de l'association du Pôle thermal d'Amnéville. Elle l'a fait savoir dans une lettre adressée vendredi aux salariés. Elle était en poste depuis cinq ans. Pourquoi une décision si soudaine ? Le sujet est un peu technique.

Dépôt de bilan ?

Le Pôle thermal, qui regroupe la cure St-Eloy, Thermapolis et la Villa Pompéi, a changé de statut en 2019, passant d'association à Société Publique Locale (SPL), Destination Amnéville, pour permettre de financer plus facilement la rénovation des bâtiments. L'association devait rester locataire et exploitante. En juillet, la SPL a décidé de reprendre également la gestion du Pôle thermal. Jusque là, tout allait bien... jusqu'à la semaine dernière. 

La SPL aurait évoqué, lors d'une réunion, la possibilité de déposer le bilan, et a demandé à Anne Bello de réduire les effectifs. Le Pôle thermal emploie 280 Equivalents Temps Plein (ETP), soit jusqu'à 460 personnes physiques au plus fort de la saison. Inacceptable, selon Anne Bello : "Si la crise du Covid perdurait, j'aurais peut-être été obligée, dans quelques mois, de procéder à des licenciements. Ce n'est pas le cas aujourd'hui : on peut disposer des mesures de chômage partiel, il y a les Prêts Garantis par l'Etat. Il faut utiliser toutes les solutions possibles avant de sacrifier l'emploi."

Lettre anonyme

Le malaise est aussi ancien, au Pôle thermal. Anne Bello, qui peut compter sur le soutien indéfectible d'une partie des salariés, avait été accusée de harcèlement dans une lettre anonyme. Une cabale menée contre elle : "Depuis mon arrivée, j'avais mis fin à un certain nombre de pratiques, des avantages que je considérais indus. Je pense que certains cadres m'en ont voulu. Ma voiture a été plusieurs fois sabotée... J'ai à la fois vécu de grandes joies et des choses qu'on n'a jamais vues ailleurs."

Anne Bello fait donc sien l'adage "On démissionne ou on ferme sa gueule". Elle espère simplement que son départ fera bouger les choses dans le bon sens.

Un CSE (comité social et économique) devait avoir lieu ce lundi matin, mais il a tourné court : le président de la SPL et maire d'Amnéville, Eric Munier, n'est pas venu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess