Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

AOP : une appellation qui fait l'unanimité en Côte-d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

Toute cette fin de semaine, le public parisien va pouvoir déguster des produits AOP de France et de Bourgogne. Cette Appellation d'Origine Protégée est difficile et longue à obtenir, mais en Côte-d'Or, ceux qui en bénéficient ne le regrettent pas, malgré un cahier des charges strict et précis.

chèvre de la "maison des Fromages" aux Halles d'Avignon
chèvre de la "maison des Fromages" aux Halles d'Avignon © Radio France - PL

Dijon, France

Du 18 au 20 octobre, c’est la fête des AOP à Paris. Cet événement se déroule sur la place de l’Hôtel de ville. La précédente édition avaient attiré plus de 18 000 visiteurs l’an dernier. C'est donc une belle vitrine pour les produits du terroir avec une cinquantaine de fromages, beurres et crèmes d’Appellation d’Origine Protégée (AOP) qui seront proposés à la dégustation.

Mais une AOP ça sert à quoi ?

L'Institut National des Appellations d'Origine et de la qualiité (INAO) précise sur son site internet que "l’Appellation d’origine protégée (AOP) désigne un produit dont toutes les étapes de production sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une _même aire géographique_, qui donne ses caractéristiques au produit. C’est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne."

Cette appellation a été imaginée pour lutter contre la fraude, dès le début du XXe siècle. C'est un décret-loi de 1935 relatif à la défense du marché du vin qui l'a instaurée pour les vins et les eaux-de-vie. Il n'a été ouvert à l’ensemble des produits agricoles et alimentaires qu'en 1990.

Quels sont les produits concernés chez nous ?

En Côte-d'Or, le vin se taille une large place sur les 938 produits bénéficiant d'une AOP. Un fromage, l'Epoisses figure aussi sur dans cette liste. D'autres produits comme la moutarde de Bourgogne ou la crème de cassis profitent d'une IGP. La différence, c'est que contrairement à une AOP qui garantie que toutes les étapes de fabrication d'un produit sont réalisées localement, une seule étape suffit pour une IGP.   

Pour les consommateurs, c'est une garantie d'authenticité et de qualité surveillée de près selon un cahier des charges précis. 

Des demandes sont en cours pour les premiers crus associés à l'AOP Marsannay, et une IGP Charolais de Bourgogne pour 1500 communes de la région. 

La fameuse Charolaise, très protectrice avec sa progéniture - Radio France
La fameuse Charolaise, très protectrice avec sa progéniture © Radio France - Olivia Cohen

Une meilleure reconnaissance géographique

Pour le vin, l'appellation régionale Bourgogne (de Mâcon jusqu'à Auxerre) était trop vaste pour bien identifier la provenance précise de la production. C’est l’une des raisons qui a présidé à la naissance, avec le millésime 2017, de l’appellation Bourgogne Côte-d’Or. Cette dénomination complémentaire est réservée aux cuvées produites en Côte de Beaune et en Côte de Nuits. Soit à proximité des AOC villages les plus prestigieuses de la région comme Vosne-Romanée, Gevrey-Chambertin, Meursault, etc. 

Le viticulteur de Gevrey Chambertin, Phillippe Charlopin en est l'un des principaux artisans.  

Philippe Charlopin - Radio France
Philippe Charlopin © Radio France - Christophe Tourné

Avant on était noyé dans l'appellation Bourgogne - Philippe Charlopin

Il aura fallu 20 ans pour obtenir cette appellation "Bourgogne - Côte-d'Or" qui concerne désormais mille hectares (600 de blanc et 400 de rouge), mais cette localisation met en valeur les atouts climatiques et géologiques du secteur. Cela représente un potentiel d'un million 800 mille bouteilles. Il se vend de plus en plus de "Bourgogne - Côte-d'Or". Les négociants ont aussi fait la démarche de promouvoir cette appellation auprès de leur clientèle. 1 800 producteurs profitent de cette appellation.   

Une réussite pour l'Epoisses

On est aussi satisfait au syndicat de défense du fromage Epoisses. Avant d'obtenir l'AOC en 1991 puis l'AOP en 1996, il se vendait environ trois cents tonnes d'Epoisses. Aujourd'hui, c'est plus de 1 300 tonnes. C'est une reconnaissance du savoir faire fromager et du savoir faire des producteurs laitiers, mais aussi des spécificités liées au terroir du fromage. L'autre avantage, c'est que cela garantie l'emploi puisque le fromage ne peut pas être produit en dehors de la zone définie dans le cahier des charges, ainsi que selon une méthode précise. Cinq producteurs d'Epoisses participent d'ailleurs à la fête des AOP cette fin de semaine à Paris. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu