Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

APL : les aides au logement gelées en 2018, les bénéficiaires vont encore "perdre" 5 euros par mois

mercredi 20 juin 2018 à 8:22 Par Germain Arrigoni, France Bleu

Le budget 2018 prévoit une non-revalorisation exceptionnelle des APL en octobre, soit un "manque à gagner" de 4,68 euros par mois pour les bénéficiaires, un an après la polémique suscitée par le coup de rabot de 5 euros de ces aides en 2017.

Les aides au logement baisseront de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires dès le 1er octobre 2017
Les aides au logement baisseront de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires dès le 1er octobre 2017 © Maxppp -

Les aides personnalisées au logement vont à nouveau baisser cette année à partir d'octobre, moins d'un an après le tollé déclenché par la décision d'une baisse généralisée de cinq euros de ces APL.   

"Manque à gagner" de 4,68 euros par mois en moyenne   

Les APL seront gelées et ne seront pas indexées sur l'inflation cette année, une mesure qui sera source d'un "manque à gagner" moyen de 4,68 euros par mois pour les ménages.  

La loi de finances pour 2018 prévoit que "l'indexation au 1er octobre des paramètres du barème de l'aide personnalisée au logement, de l'allocation de logement familiale et de l'allocation de logement sociale (...) n'est pas appliquée en 2018".     

"Rien de caché"  

Le gel des aides au logement cette année, dénoncé par des associations et l'opposition de gauche, n'a "rien de caché", a déclaré mardi Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, soulignant qu'il figurait dans le budget 2018.   

Et de préciser : "Toutes les décisions (...) ont été votées en toute transparence", a-t-il insisté, soulignant au passage qu'"il ne s'agit pas d'une baisse (...) mais tout simplement d'une non-augmentation."   

Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait jugé l'été dernier qu'il n'était "pas intelligent" de procéder à une telle baisse, la renvoyant aux décisions du précédent gouvernement et la qualifiant de "coup de rabot".

  - Visactu
© Visactu -
  - Visactu
© Visactu -

.