Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les policiers municipaux strasbourgeois appelés à faire grève pour le maintien de leur pouvoir d'achat

lundi 16 juillet 2018 à 17:15 Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Ils redoutent une baisse de leur pouvoir d'achat : les policiers municipaux sont appelés à faire grève à Strasbourg alors que des négociations sont en cours sur la rémunération des heures spécifiques pour les agents de l'Eurométropole.

A Strasbourg, les policiers municipaux sont appelés à faire grève entre le 7 juillet et le 3 septembre.
A Strasbourg, les policiers municipaux sont appelés à faire grève entre le 7 juillet et le 3 septembre. © Maxppp - Franck KOBI

Strasbourg, France

Le préavis de grève a été lancé le 7 juillet dernier à l'appel d'une intersyndicale CFDT - CFTC - CGT - FO - UNSA : les policiers municipaux de Strasbourg sont appelés à faire grève pour défendre leur pouvoir d'achat.

Des négociations sont en cours sur le temps de travail et la rémunération des heures spécifiques. Pour les policiers municipaux à Strasbourg, elles représentent jusqu'à 400 euros explique Henri Schmeisser, policier municipal (FO). "On nous en demande toujours plus, on répond systématiquement présent, on espère que les négociations vont aboutir."

C'est tout l'avenir des policiers municipaux et de leur famille qui est en jeu."

Les policiers municipaux ont déjà reçus des assurances verbales de la part de l'Eurométropole que leur pouvoir d'achat ne baisserait pas. "Mais la confiance a ses limites", martèle Raphaël Canals, délégué CGT police municipale à Strasbourg. "On ne peut pas signer un chèque en blanc, c'est tout l'avenir des policiers municipaux et de leur famille qui est en jeu. On demande juste à notre administration de nous apporter concrètement par écrit la façon dont elle va rémunérer ses policiers municipaux à Strasbourg."

Pas assez de policiers municipaux à Strasbourg le 14 juillet ? 

Les conséquences de la grève pour les Strasbourgeois ne sont pas très visibles, une partie des policiers grévistes sont réquisitionnés, et ils renvoient sur le 17 s'ils ne sont pas en mesure d'intervenir. Mais pour le 14 juillet, journée massive de grève, leur présence en nombre sur le terrain a manqué selon Frédéric Stempf, policier municipal à Strasbourg depuis plus de 20 ans. "Les conditions de sécurité n'étaient peut-être pas maximales. La collectivité a décidé de maintenir la manifestation en faisant appel à une société privée. On peut se féliciter que ce se soit bien passé, on peut aussi se poser la question de savoir qu'en aurait-il été s'il y avait eu un incident." 

Sur ce point la ville assure que la sécurité des visiteurs était assurée, "nous avons pris les mesures de sécurité qui s'imposaient", assure le directeur général des services de la ville de Strasbourg, Pierre Laplane, "en ayant recours, pour des tâches qui leur revenaient, à des sociétés qui interviennent en complément des agents municipaux", comme des tâches de filtrage par exemple.

Nouvelle réunion de négociations fin juillet

Une nouvelle réunion de négociations est prévue le 25 juillet, l'intersyndicale de la police municipale de Strasbourg aimerait pouvoir lever le préavis de grève à l'issue de ce rendez-vous. La ville de Strasbourg affiche aussi la volonté de faire aboutir les négociations : "Je réitère l'engagement de la ville de Strasbourg de préserver le pouvoir d'achat de ses policiers municipaux", s'engage le directeur général des services de la ville, Pierre Laplane. "Nous devons mettre au point la future délibération qui garantira ce pouvoir d'achat avec la sécurité juridique nécessaire. Nous sommes décidés à discuter de manière très constructive."