Économie – Social

Après le fiasco Ecomouv, 150 premiers emplois sur l'ancienne base aérienne de Metz Frescaty

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord mardi 19 janvier 2016 à 9:14

La reconversion a débuté sur l'ancienne BA 128
La reconversion a débuté sur l'ancienne BA 128 © Radio France - Cécile Soulé

Une 1er entreprise, un centre d'appel précisément, est installée depuis le 1er novembre dans d'anciens bâtiments de l'ancienne base aérienne 128. La société Tessi emploie 150 personnes. Un groupement d'entreprise dans la fibre optique va s'installer aussi dans les prochaines semaines.

Aux 150 premiers emplois du centre d'appel téléphonique Tessi, arrivés le 1er novembre, vont s'ajouter cette année 50 à 100 autres créations de postes, celles de Cap et Com, un groupement de petites et moyennes entreprises spécialisées dans la pose de fibre optique. Si l'on ajoute l'agrobiopole, une zone dédiée aux circuits courts, et l'Esat de Noévant, cet établissement qui fait travailler des personnes handicapées, on arrivera cette année à 500 emplois sur le site. C'est loin des 2.500 postes de militaires mais après le fiasco Ecomouv, voilà enfin du concret. Metz Métropole est aussi en contact avec 2 grosses sociétés et une demi-douzaine de plus petites.

Pour accueillir toutes ces entreprises, des travaux ont démarré cet automne explique Henri Hasser, vice-président de Metz Métropole: "Il s'agit de rendre ce territoire aux civils, il s'agit de le doter de raccordements en eau, électricité, gaz, de façon à ce que tout un chacun désireux de s'implanter ici puisse s'y installer dans les mêmes conditions que sur les autres territoires urbanisés de l'agglomération messine"

3 millions d'euros ont été investis pour ces travaux. Un investissement que Metz Métropole espère récupérer en louant et surtout en vendant les parcelles viabilisées. Pour que l'ancienne BA 128, cédée pour l'euro symbolique, ne devienne pas un cadeau empoisonné.

Restera ensuite à aménager tout l'intérieur du site. Là, une réflexion est en cours avec des architectes et des urbanistes pour les 20 prochaines années.

Partager sur :