Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Après les manifestations lycéennes dans le Loiret, la FCPE appelle au calme

lundi 10 décembre 2018 à 4:01 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

La semaine passée a été pour le moins agitée dans les lycées du département, et notamment ceux de l'Orléanais. Une fédération de parents d'élèves, la FCPE du Loiret, appelle chacun au calme.

Lycées bloqués, voitures renversées, affrontements avec la police et élève blessé par un tir de flashball : la semaine a été agitée dans les établissements scolaires du Loiret.
Lycées bloqués, voitures renversées, affrontements avec la police et élève blessé par un tir de flashball : la semaine a été agitée dans les établissements scolaires du Loiret. © Radio France - Cyrille Ardaud

Loiret, France

La semaine a été pour le moins tendue dans de nombreux lycées de France et du Loiret. Les élèves, mobilisés contre la réforme du baccalauréat et du lycée, contre la plateforme Parcoursup ou encore contre le Service national universel, ont bloqué ou tenté de bloquer plusieurs établissements du département.

Les premières violences remontent à lundi 3 décembre, avec des affrontements entre adolescents et policiers. Mercredi, c'est un jeune de 16 ans qui a été blessé au visage par un tir de flashball. Il est à ce jour toujours hospitalisé, mais va mieux.

"Les jeunes ont le droit de manifester, mais il faut le faire dans un cadre structuré"

Ce lundi matin, il est difficile de dire si des blocages auront de nouveau lieu. Sur les réseaux sociaux, certains appelleraient à se mobiliser jusqu'aux vacances de Noël. Dans le même temps, la FCPE, une fédération de parents d'élèves, appelle au calme. Pour Christelle Rouer, sa présidente, il faut à tout prix éviter les violences : "Les jeunes ont le droit de manifester, mais il faut le faire dans un cadre structuré, pour éviter ces débordements. On ne peut pas renverser des voitures, on ne peut pas mettre le feu aux établissements impunément."

L'association appelle également au dialogue. Pour Christelle Rouer : "Certains jeunes savaient pourquoi ils manifestaient, d'autres ne le savait pas. Tout ça a besoin d'être remis sur la table, avant les vacances de Noël, pour que l'on puisse parler de tout ce qui les préoccupe : Parcoursup, la réforme du lycée..." 

"On ne peut pas mettre le feu impunément aux établissements". La présidente de la FCPE, Christelle Rouer, appelle au calme.