Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Après ses critiques, Montebourg va-t-il rester ministre ?

lundi 25 août 2014 à 8:48 - Mis à jour le lundi 25 août 2014 à 9:30 Par Julie Guesdon, France Bleu

Lors de la traditionnelle fête de la Rose à Frangy-en-Bresse, ce dimanche, Arnaud Montebourg a vivement critiqué la politique économique du gouvernement. Accompagné du ministre de l'Éducation Benoît Hamon, le ministre de l'Économie a appelé à une inflexion majeure de la politique économique. Une sortie qui lui vaut, ce lundi matin, un rappel à l'ordre de l'entourage du Premier ministre.

Arnaud Montebourg a appelé ce dimanche à une inflexion majeure de la politique économique
Arnaud Montebourg a appelé ce dimanche à une inflexion majeure de la politique économique © MaxPPP

> LA QUESTION DU JOUR DE FRANCE BLEU MIDI ENSEMBLE : Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ? Réagissez au 0810.055.056 à partir de 12h ou dès maintenant sur notre page Facebook.

Il s'agit d'une crise gouvernementale. Ce lundi 25 août, l'entourage de Manuel Valls et de François Hollande ne parle que des critiques émises ce week-end par le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, et le ministre de l'Éducation Benoît Hamon.

A Frangy-en-Bresse, lors de la traditionnelle fête de la Rose du fief d'Arnaud Montebourg, le socialiste a de nouveau appelé à une "inflexion majeure de la politique économique " du gouvernement : "la promesse [de remettre l'économie en mouvement] n'a pas été tenue, l'honnêteté oblige à le reconnaître. "

En écho, Benoît Hamon apporte son soutien au ministre de l'Économie et précise que ni Arnaud Montebourg ni lui ne sont "des frondeurs" .

Benoît Hamon et Arnaud Montebourg ont franchi une "ligne jaune"

Une semaine à peine après la difficile rentrée du gouvernement, entre dossiers économiques et sociaux compliqués et fronde au sein de la gauche, les sorties des deux ministres déplaisent fortement à Manuel Valls. Matignon expliquait dimanche en réaction qu'il n'y avait "rien de choquant, rien de nouveau" dans les propos d'Arnaud Montebourg. Toutefois, le Premier ministre recevra le ministre de l'Économie dans la matinée pour un rappel à l'ordre formel. Selon l'entourage du chef du gouvernement, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg ont franchi une "ligne jaune" en s'exprimant si vivement à l'encontre de la politique économique du gouvernement.

Le président de la République, en revanche, n'y a pas vu d'attaque frontale. En visite dans l'Océan indien, François Hollande a réagi en exprimant son souhait de "convaincre nos partenaires européens de donner une priorité à la croissance" : "tous ceux qui portent cette idée sont les bienvenus et c'est la position du gouvernement."

Arnaud Montebourg ne remet pas en cause la solidarité gouvernementale

Au lendemain de ses déclarations de Frangy, le ministre de l'Économie a tenté de minimiser la fronde. Sans revenir sur ses propos, qu'il ne regrette pas, Arnaud Montebourg a affirmé ce lundi sur Europe 1 qu'il ne remet nullement "en question la solidarité gouvernementale [car]  les décisions ne sont pas prises". Le ministre, qui n'envisage pas de quitter le gouvernement, ignore toutefois s'il en sera encore membre demain.

La cote de popularité de François Hollande et Manuel Valls en baisse - Aucun(e)
La cote de popularité de François Hollande et Manuel Valls en baisse