Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

AR Industries : prochaine audience le 24 avril pour étudier une offre de reprise

mardi 17 avril 2018 à 16:45 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Un délai d'une semaine a été accordé ce mardi par le Tribunal de commerce d'Orléans à GFG Alliance, principal repreneur potentiel d'AR Industries, pour étudier son offre de reprise.

Jantes en aluminium exposées en vitrine (illustration)
Jantes en aluminium exposées en vitrine (illustration) © Maxppp - Photographe: TURPIN PHILIPPE

Diors, France

Le dossier du repreneur sera-t-il accepté pour AR Industries ? Il faudra encore patienter pour le savoir. L'anglais Liberty Group, membre de GFG Alliance, le seul repreneur encore en lice, devait être auditionné ce mardi 17 avril par le Tribunal de commerce d'Orléans sur son offre de reprise. Mais un délai d'une semaine a été accordé, l'audience aura finalement lieu mardi prochain, le 24 avril. 

Des négociations avec PSA et Renault

La raison de ce délai ? Des négociations toujours en cours avec les principaux donneurs d'ordre que sont les constructeurs Renault et PSA. Liberty Group a toujours conditionné son offre de reprise à des engagements fermes de la part des deux constructeurs en terme de volumes de commandes. Mais pour l'instant les négociations n'auraient pas abouti.

"Nous avons bon espoir de conclure ces négociations", Philippe Baudon, directeur général de GFG France

AR Industries, fabricant de jantes en aluminium basé à Diors dans l'Indre emploie près de 400 salariés. Le site est en redressement judiciaire depuis le mois de janvier avec période d'observation jusqu'au 16 juillet prochain.

  • Déclaration de Philippe Baudon, directeur général de GFG en France à l'issue de l'audience de ce mardi.

"Nous pouvons confirmer que ce matin le tribunal, sur demande des administrateurs judiciaires, a accordé un report de l’audience jusqu’au 24 Avril pour nous permettre de finaliser nos discussions avec les principaux clients d'ARI. Dès le départ, nous avons été clairs sur le fait que notre capacité à reprendre l’entreprise dépendait de la garantie des engagements de ses clients pour les commandes futures. Ces dernières doivent offrir des niveaux de volume et de prix suffisants pour rendre l’usine à nouveau viable. Nous espérons que la poursuite du dialogue aboutira à un résultat bénéfique pour toutes les parties concernées."