Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

AR Industries : vers un redressement judiciaire ?

mardi 9 janvier 2018 à 12:00 Par Viviane Le Guen, France Bleu Berry

Un comité d'entreprise extraordinaire doit avoir lieu jeudi chez AR Industries à Diors (Indre). A l'ordre du jour : le dépôt d'une demande de redressement judiciaire. Le sous-traitant automobile qui emploie 390 salariés est en difficulté financière.

Les salariés de AR Industries (ex-F2R) lors d'une manifestation en octobre 2015 sur l'A20.
Les salariés de AR Industries (ex-F2R) lors d'une manifestation en octobre 2015 sur l'A20. © Radio France - Carl Dechâtre

Diors, France

Se dirige-t-on vers un redressement judiciaire chez AR Industries à Diors?  Un comité d'entreprise extraordinaire est prévu jeudi pour discuter de l'ouverture d'une procédure en ce sens. Ce mercredi, le député Les Républicains de l'Indre, Nicolas Forissier, et le maire de Chateauroux Métropole, Gil Avérous, sont reçus au ministère de l'Économie pour plaider la cause de l'usine berrichonne.

Le sous-traitant automobile, spécialisé dans la constructions de jantes, rencontre de grandes difficultés financières. Le passif s'élève à 9 millions d’euros dont 2.6 millions de retards URSSAF.  Les 390 salariés ne savent pas s'ils seront payés à la fin du mois de janvier. Le Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI) a été saisi. Une première réunion a eu lieu la semaine dernière avec la direction. 

Repris en 2015 par l'ex - PDG de Valeo, Thierry Morin, AR Industries produit actuellement moins de 100 000 roues par mois. Il faudrait en fabriquer 125 000 pour être à l'équilibre. Mais d'après les syndicats, les principaux donneurs d'ordre, PSA et Renault, ne passent pas assez de commandes préférant des fabricants étrangers. "C’est aux plus hautes instances de l'Etat, qui est actionnaire même s'il est minoritaire, de leur faire comprendre que l'intérêt de la France c'est de faire travailler les entreprises françaises" estime Christophe Bouvet délégué CFDT chez AR Industries.