Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Arconic demande six mois de chômage partiel après l'incendie de son usine à Saint-Cosme-en-Vairais

-
Par , France Bleu Maine

INFO FRANCE BLEU MAINE - La direction d'Arconic a ouvert un dossier de demande d'activité partielle pour six mois, suite à l'incendie qui a touché l'usine de Saint-Cosme-en-Vairais lundi soir. On ignore pour l'instant combien de salariés seront concernés par le chômage partiel.

Les pompiers accédé à l'usine (en arrière-plan) par tous les côtés.
Les pompiers accédé à l'usine (en arrière-plan) par tous les côtés. © Radio France - Simon de Faucompret

Saint-Cosme-en-Vairais, France

Il faudra complètement réorganiser la production de l'usine Arconic de Saint-Cosme-en-Vairais. Après l'incendie qui a détruit lundi un atelier où des produits chimiques étaient stockés, les plus de 630 employés sont bien revenus à l'usine ce mercredi.

Dans la journée, la direction de l'usine a déposé une demande de six mois d'activité partielle. Ce dispositif permet d'obtenir une indemnisation des employés touchés par le chômage partiel.

Ce sera certainement le cas à Saint-Cosme car l'atelier détruit par l'incendie était indispensable au traitement de surface des pièces produites dans l'usine. Il faudra donc se tourner vers des sous-traitants pour la galvanisation ou la peinture, et ce plusieurs fois par pièce, précise la direction.

Des sous-traitants français... si possible

Les usines capables d'effectuer ces tâches à grande échelle ne sont pas si nombreuses en France et même en Europe, précise la direction.

Une contrainte considérable à multiplier par "plusieurs dizaines de millions d'écrous par an". La direction estime qu'il faudra plusieurs semaines pour commencer à y voir plus clair et préciser quelle sera l'ampleur du chômage technique.