Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ardèche : le groupe Chamatex relocalise l'industrie de la chaussure de sport

Le groupe textile Chamatex a symboliquement posé ce jeudi la première pierre d'une nouvelle usine à Ardoix (Ardèche). A partir de l'été prochain, elle fabriquera à échelle industrielle des baskets, tennis, chaussures de trail. Des produits fabriqués en Asie du Sud-Est aujourd'hui.

Pose symbolique de la première pierre de la nouvelle usine du groupe Chamatex à Ardoix (Ardèche)
Pose symbolique de la première pierre de la nouvelle usine du groupe Chamatex à Ardoix (Ardèche) © Radio France - Nathalie Rodrigues

C'est peut-être la première pierre d'une révolution dans le monde de la chaussure qui a été posée ce jeudi à Ardoix, dans le nord-Ardèche. Le groupe Chamatex construit une nouvelle usine pour fabriquer des chaussures de sports, baskets, tennis, chaussures de trail, à une échelle industrielle : 500 000 paires par an à pleine capacité.

Chamatex fabrique déjà un textile technique et l'envoie en Chine et au Vietnam pour l'assemblage des chaussures de sport. Dans cette nouvelle usine, Gilles Réguillon, président du groupe, relocalise cette étape de la production : "une ligne de production en Asie, c'est 300 personnes, les unes derrière les autres, avec un travail à la chaîne. Nous, on va avoir une ligne automatisée conçue par Siemens, qui va quand même nous coûter beaucoup d'argent parce que l'usine c'est un budget de 10 millions d'euros, mais par équipe, on va avoir 10 personnes." L'usine emploiera au total cinquante personnes, en 3/8 et le week-end. 

Salomon, Babolat, Millet ont investi dans l'usine

Les marques Salomon, Babolat, Millet sont partenaires et ont investi dans l'usine. "On pourrait voir ça comme de l'association de concurrence" souligne Eric Babolat, président du groupe, "mais c'est surtout de l'association de savoir-faire et de compétences. C'est une manière moderne de faire. Après, chacun aura sa façon propre de réaliser le produit."

Salomon, c'est dix millions de paires par an. L'usine d'Ardoix ne suffira pas évidemment mais son modèle pourra être dupliqué explique Guillaume Meyzenq, vice-président de la chaussure Salomon : "l'idée, c'est de voir comment fabriquer 500 000 paires par an. Et puis après, on construira une deuxième usine de plus grosse capacité en Auvergne-Rhône-Alpes pour le marché français et européen, et dès qu'on a un modèle, on peut faire des usines au plus près du consommateur. On a un gros marché américain, un gros marché asiatique, on sera capable de produire localement les quantités de chaque marché."  

Nouvelle usine en construction par le groupe Chamatex à Ardoix en Ardèche pour la fabrication de chaussures de sport
Nouvelle usine en construction par le groupe Chamatex à Ardoix en Ardèche pour la fabrication de chaussures de sport © Radio France - Nathalie Rodrigues

Les prix de ces chaussures de sport fabriquées en France resteront compétitifs assure Guillaume Meyzenc : "la première chose, c'est la conception de la chaussure : si on utilise moins de pièces et des matières intelligentes, on a plus de performance, avec moins de manutention. La deuxième chose, c'est que quand on fait du local, il n'y a plus de droit de douane, plus de transport, il y a de la réactivité et donc moins de stockage. Et donc on retrouve de la compétitivité malgré une main d'oeuvre plus chère qu'en Asie."

Bientôt des semelles fabriquées avec une imprimante 3D ?

Les semelles des chaussures montées à Ardoix viendront de l'extérieur. Elles ne seront pas fabriquées sur place, mais dans un premier temps seulement précise Gilles Réguillon, président du groupe Chamatex : "on a prévu un bâtiment avec une extension pour réaliser les semelles, avec une fabrication additive. C'est à dire que vous partez d'un fichier numérique et vous venez créer directement la matière soit par imprimante 3D soit par d'autres procédés." L'usine d'Ardoix s'appelle ASF 4.0 pour "Advanced Shoe Factory". Elle doit commencer à produire l'été prochain (juillet 2021).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess