Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ardèche : les sources du Pestrin restent à l'arrêt

vendredi 21 décembre 2018 à 2:03 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche

Un réunion jeudi matin entre le patron des sources du Pestrin et le préfet de l'Ardèche n'a pas permis de trouver une solution. Le bras de fer se poursuit.

L'usine de Meyras n'a pas fonctionné depuis avril dernier
L'usine de Meyras n'a pas fonctionné depuis avril dernier © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Meyras, France

En 2012, Eric Besson rachète les sources du Pestrin en liquidation judiciaire. L'entrepreneur veut dépasser les deux millions de bouteilles produites par an. Pour cela il modernise l'outil de production. Une nouvelle chaîne d'embouteillage est mise en place au début de cette année 2018. Et c'est là que les ennuis commencent.   

Des analyses controversées 

Pour toute nouvelle chaîne, il faut une nouvelle autorisation à produire délivrée par la préfecture après des contrôles.  L'administration explique d'abord que la chaîne n'est pas aux normes, le dossier d'homologation n'est pas complet. Eric Besson conteste.  Il conteste aussi les analyses de l'ARS, l'agence régionale de santé.  Il trouve des résultats différends pour une analyse de la même eau. En un mot Eric Besson estime aujourd'hui qu'on lui met des bâtons dans les roues. L'atmosphère se tend entre l'ancien préfet de l'Ardèche et Eric Besson : le dossier prend un tour un peu irrationnel.    

Un énorme gâchis

Aujourd'hui les sources du Pestrin sont à l'arrêt. Les cinq salariés continuent à être payés pour des travaux de maintenance. Eric Besson explique qu'il doit payer entre salaires et crédits quelques 50.000 € par mois sans aucun bénéfice. C'est aussi une certaine image de l'Ardèche qui se trouve aujourd'hui écornée. Les sources du Pestrin produisent deux eaux minérales prestigieuses, la Ventadour, pétillante et la Chantemerle, une eau plate qui se retrouvaient sur les tables des grands restaurants. 

Une médiation ?

Selon une source proche du dossier, la seule solution serait maintenant l'intervention d'un médiateur. Il pourrait peut-être ramener un peu de sérénité et de rationalité dans ce dossier. La préfecture de l'Ardèche n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet.