Économie – Social

Ardennes : d'anciens salariés de PSA privés de retraite à cause de leur dernier bulletin de paye

Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu lundi 12 décembre 2016 à 10:04

L'usine PSA Peugeot Citroën des Ayvelles
L'usine PSA Peugeot Citroën des Ayvelles © Radio France - Alexandre Blanc

D'anciens salariés de l'usine PSA Peugot-Citroën des Ayvelles, près de Charleville-Mézières, pensaient couler une retraite tranquille à 60 ans. En 2015, ils avaient accepté de quitter volontairement leur emploi dans le cadre d'un plan de suppression de postes. Aujourd'hui, on refuse leur dossier.

Dans le cadre d'un plan de départ volontaire, plus d'une quarantaine de salariés de l'usine PSA des Ayvelles, dans les Ardennes, ont accepté de quitter l'entreprise en 2015 afin de bénéficier d'une retraite anticipée pour carrière longue. La proposition s'adressait aux employés de plus de 57 ans qui ont mené toute leur vie professionnelle ou presque à PSA. L'accord prévoyait un départ à la retraite à l'âge de 60 ans. Aujourd'hui, plusieurs d'entre eux se sont vus refuser leur dossier de retraite.

La caisse de retraite, la CARSAT Nord-Est explique qu'il leur manque un trimestre. "Lorsque j'ai accepté, je pensais pourtant que tout était en ordre mais l'erreur viendrait du dernier bulletin de salaire", explique l'un des anciens employés concernés. Les versements de cette dernière fiche de paye comprend des versements qui concernent plusieurs périodes et certaines sommes ne seraient pas retenues dans le calcul.

LE TEMOIGNAGE D'UN COUPLE CONCERNE : "Que l'on se retrouve au RSA après 40 ans de travail pour une erreur administrative... Je trouve ça hallucinant"

S'ils ne retravaillent pas, ils seront privés de ressources

"Si l'on me fournit une déclaration de données sociales qui me dit "j'ai versé tel salaire au titre de telle période", alors on la prendra en compte", indique Gina Vercelli-Zambeau, la directrice retraite de la CARSAT Nord-Est. Mais l'employeur PSA, sollicité par plusieurs salariés, ne corrige pas le tir. Conséquence : les jeunes sexagénaires concernés cherchent un CDD d'un mois pour valider le trimestre manquant.

S'ils ne le trouvent pas, ils ne pourront prétendre à la retraite qu'à l'âge de 62 ans. D'ici là, ils percevront des indemnités de chômage, mais pour une année seulement. De 61 à 62 ans, ils ne pourront compter que sur les revenus de leur conjoint ou sur le RSA pour les personnes seules. Le service des ressources humaines de l'usine PSA des Ayvelles est resté injoignable.