Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Areva va ouvrir son capital à un groupe nucléaire chinois

lundi 2 novembre 2015 à 17:48 Par Stéphane Milhomme et Valéry Lombardo, France Bleu Drôme Ardèche

Un protocole d'accord doit être signé dans les prochaines heures à l'occasion du déplacement de François Hollande en Chine. Areva a enregistré 5 milliards d'euros de pertes l'an dernier et au Tricastin 450 emplois seraient supprimés d'ici 2017.

Manif des salariés d'Areva à la Défense le 15 sept. 2015
Manif des salariés d'Areva à la Défense le 15 sept. 2015 © Maxppp

Pierrelatte, France

Cet accord est évidemment le bienvenu pour le groupe nucléaire Français , en proie à de graves difficultés financières. Areva va ouvrir son capital à un groupe nucléaire Chinois.Un protocole d'accord doit être signé dans les prochaines heures à l'occasion du déplacement de François Hollande en Chine. Le chef de l'état est accompagné notamment de Philippe Varin, le président d'Areva. 

A lire aussi : Areva Tricastin perdrait 450 postes, le site de Romans en gagnerait une trentaine

Areva a enregistré 5 milliards d'euros de pertes l'an dernier et au Tricastin 450 emplois seraient supprimés d'ici 2017. L'arrivée du géant Chinois CNNC ne résoudra pas pour autant tout les problèmes explique Cédric Noyer, délégué force ouvrière chez Areva au Tricastin.

Cédric Noyer, délégué Force Ouvrière chez Areva au Tricastin.

La restructuration d'Areva, lancée fin juillet, prévoit aussi la suppression de 6.000 emplois dans le monde et la cession de l'activité réacteurs Areva NP à EDF, qui en prendrait le contrôle majoritaire avec une participation de 51%, tandis que l'ancien fleuron du nucléaire français en conserverait 15%.