Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ariège : la bataille continue autour de la mine de Salau

jeudi 1 novembre 2018 à 21:40 Par Simon Cardona, France Bleu Occitanie

Deux ans après le permis exclusif de recherches minières (PERM) accordé par l'État en octobre 2016, la bataille entre ceux qui souhaitent rouvrir la mine de Salau et les opposants fait toujours rage.

La mine de Salau, sur le territoire de le commune de Couflens, est à l'arrêt depuis 1986.
La mine de Salau, sur le territoire de le commune de Couflens, est à l'arrêt depuis 1986.

Couflens, France

Depuis octobre 2016, ils se battent pour ne pas voir rouvrir une mine dans leur village, à Couflens en Ariège. Cette mine est censée être l'une des plus grandes réserves de tungstène d'Europe d'après Apollo Minerals, la société minière qui a racheté le projet à Variscan Mines, détentrice du permis exclusif de recherches minières à Salau. 

Les habitants du coin ne l'entendent pas de cette oreille et pointent les dangers potentiels de l'amiante dans la mine. Sans compter les impacts sur la faune et la flore locale si jamais la mine viendra à être exploitée.

Appollo Minerals essuie deux revers judiciaires

Dernier fait en date : en octobre, à deux reprises, une pour l'amiante et l'autre pour protéger la faune locale, le tribunal administratif de Toulouse a temporairement suspendu les études menées par Apollo Minerals.

"On gagnera parce qu'on est dans un cas de figure qui se répète depuis des siècles dans les Pyrénées où des investisseurs tentent un coup en spéculant, pour de l'argent, mais qui n'apportera rien aux gens qui vivent sur place", affirme Marcel Ricordeau, ancien ouvrier agricole et coprésident de l'association stop mine Salau.

"Nous n'avons pas fourni assez de documents à la préfecture pour prouver la viabilité de notre projet mais nous allons le faire d'ici peu", rétorque le directeur général d'Apollo Minerals Hugo Schumann. Ce dernier s'est fixé cinq ans pour ouvrir une "mine propre". "S'il y avait de l'amiante dans cette mine, et s'il y avait un quelconque risque pour mes salariés et moi, est-ce que vous croyez vraiment que j'investirais dans ce projet ?" répète l'entrepreneur australien. 

"Une mine propre, ça n'existe que sur le papier." - Marcel Ricordeau, coprésident de l'association stop mine Salau

"Notre pays est bien trop dépendant de la Chine en matière de Tungstène et cette mine a un énorme potentiel", promet l'homme d'affaire. Il promet aussi un recrutement local, un argument de poids quand on sait que l'Ariège se classe au 9e rang des départements les plus touchés par le chômage.

L'argument de l'emploi, Marcel Ricordeau n'y croit pas.Personne ne voudra travailler dans une mine au XXIe siècle selon lui. " Une mine propre, ça n'existe que sur le papier. En tout cas dans la vraie vie, on n'en connait pas. Mais on connait des mines qui polluent l'eau et qui dérangent durablement la faune et la flore locale." 

En plus de tous ces reproches, les opposants à la réouverture de la mine s'oppose à l'exploitation du tungstène ou de l'or. Des matières premières qui serviraient à l'armée, à l'aviation, à la joaillerie ou aux banques. Des usages à des années lumières de leur quotidien.