Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les papeteries Arjowiggins dans la tourmente

Arjowiggins à Bessé-sur-Braye : le repreneur précise son projet multi-activités

-
Par , France Bleu Maine

"Nous tiendrons la promesse des 240 emplois en cinq ans", assure le président de Paper Mill Industries. Mais, par "prudence", Pierre Petit refuse de s'engager sur un calendrier. Tout dépendra de la mise en oeuvre de son projet non plus centré uniquement sur le papier mais sur plusieurs activités.

Pierre Petit a visité l'usine de Bessé-sur-Braye ce jeudi 25 juin 2020.
Pierre Petit a visité l'usine de Bessé-sur-Braye ce jeudi 25 juin 2020. © Radio France - Bertrand Hochet

Il faudra bientôt dire : "Paper Mill Industries". La "Papète" historique de Bessé-sur-Braye va, à nouveau, changer de nom. L'un de ses futurs dirigeants, Pierre Petit, l'a annoncé ce jeudi 25 juin lors d'une visite du site, en présence du maire, Jacques Lacoche et du président du conseil départemental, Dominique Le Mener. 

Un projet à tiroirs avec 240 emplois à la clé

A cette occasion, le président de Paper Mill Indutries a précisé ses intentions pour l'avenir du site que sa société reprend, moyennant quatre millions d'euros, suite à la décision le vendredi 19 juin 2020 du tribunal de commerce de Nanterre. "Nous développerons plusieurs activités. Nous ne serons plus uniquement centrés sur le papier", annonce le dirigeant. Pierre Petit maintient sa promesse de création de "240 emplois en cinq ans". Avant sa liquidation en mars 2019, la papeterie Arjowiggins faisait travailler quelque 600 salariés à Bessé-sur-Braye. 

Le papier comme "pôle principal"

  • Fabrication de pâte à papier à partir de fibres de chanvre : "C'est un papier à forte valeur ajoutée", indique Pierre Petit.  
  • Fabrication de pâte à papier à partir de fibres textiles : "Nous sommes en train de passer un accord avec les grandes entreprises françaises du secteur", explique Pierre Petit, le PDG de Paper Mill Industrie. "A partir du 1er janvier 2021, ces sociétés ne pourront plus faire incinérer leurs invendus. Nous leur proposerons le recyclage", poursuit le dirigeant. "Avec cette pâte, nous pourrons fabriquer du papier à l'ancienne ou du papier minéral, utilisé, par exemple comme emballage", détaille Pierre Petit. 

La formation professionnelle 

Ce projet pourrait se concrétiser en partenariat avec le lycée professionnel de Saint Calais, commune située à dix kilomètres de Bessé-sur-Braye. L'établissement est spécialisé dans la formation des chauffeurs de camions. "Nous pourrions proposer des pistes pour apprendre la conduite des poids-lourds et des installations pour conduire des engins lourds : pont roulants, engins de levage... Il en existe très peu en France", détaille Pierre Petit, président de Paper Mill Industries. 

Un "incubateur d'entreprises" 

"On pourrait transformer une partie du site en mini-campus", ambitionne Pierre Petit. "Les maisons aux alentours pourraient accueillir une petite résidence étudiante", imagine le dirigeant. "Ce laboratoire serait centré sur l'activité papetière", explique-t-il. Pierre Petit reconnait que ce dernier volet est "le plus incertain". Mais, ajoute-t-il, "c'est aussi celui qui générera le moins d'emplois". 

DOSSIER : Arjo, de la liquidation à la reprise 

Ce projet multi-activités est présenté par le repreneur comme une feuille de route "prudente". Pierre Petit résume : "Si je n'ai qu'une seule activité et qu'elle se casse la figure, je dépose mon bilan". Le dirigeant est catégorique : "Le papier couché ou le papier recyclé (deux activités d'Arjowiggins ces dernières années, ndlr), n'ont plus d'avenir". Ce projet à tiroirs présente de ce fait "moins de chances d'échouer", assure Pierre Petit. "C'est ce qui a séduit le tribunal", assure-t-il. 

Grande prudence sur le volet emploi 

La question sur toutes les lèvres à Bessé-sur-Braye reste bien évidemment celle de l'emploi. Un tiers environ des quelque 600 salariés d'Arjo ont retrouvé du travail. "Nous tiendrons la promesse des 240 emplois", affirme Pierre Petit, le président de Paper Mill Industrie. "C'est un chiffre par défaut, en quelque sorte. Nous pensons créer plus d'emplois. Mais nous ne souhaitons pas l'annoncer. Le sujet est trop grave. Il s'agit de la vie des gens. Nous savons ce qui s'est passé sur ce site. Nous savons qu'il y a eu des drames", insiste le dirigeant. 

Le site de 45 hectares porte encore les traces des manifestations de salariés en 2018 et 2019.
Le site de 45 hectares porte encore les traces des manifestations de salariés en 2018 et 2019. © Radio France - Bertrand Hochet
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu