Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les papeteries Arjowiggins dans la tourmente

Arjowiggins à Bessé-sur-Braye : trois projets en lice avant la date butoir du 29 mai

-
Par , France Bleu Maine

Machines et locaux : une double vente aux enchères est organisée le 29 mai 2020 sur le site de l'ancienne usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye. Un investisseur britannique se montre intéressé. Tandis que les deux projets sarthois de relance de l'activité papetière ont du plomb dans l'aile.

L’entrée de la papeterie Arjowiggins à Bessé-sur-Braye", journée Sarthe morte"
L’entrée de la papeterie Arjowiggins à Bessé-sur-Braye", journée Sarthe morte" © Radio France - Grégoire Lecalot

Les tous derniers espoirs à Bessé-sur-Braye. La liquidation judiciaire de l'ancienne papeterie Arjowiggins qui employait quelque 600 personnes touche à sa fin. L'ultime étape de ce processus, entamé il y a un peu plus d'un an, est programmée le vendredi 29 mai 2020. Ce jour-là, les machines encore présentes dans l'usine ainsi que les bâtiments de l'entreprise seront vendus aux enchères. Si d'ici cette date aucun dossier de reprise de l'activité n'aboutit, le site de 70 hectares pourrait devenir, comme d'autres avant lui, une friche industrielle.  

Alors que l'échéance se rapproche, les deux projets de relance d'une activité papetière portés par des Sarthois ont du plomb dans l'aile. Tout récemment, le 12 mai dernier, un investisseur britannique est venu visiter l'ancienne usine Arjo de Bessé. Il s'est montré intéressé mais discret sur ses intentions.

► ►► Tour d'horizon des trois projets en lice et de leurs chances de voir le jour.   

1) Le projet britannique pour réhabiliter et revendre par lots  

C'est l'invité de dernière minute! Un investisseur britannique est venu visiter l'ancienne usine Arjowiggins ce mardi 12 mai. Très discret sur ses intentions, ce spécialiste de la réindustrialisation qui a notamment œuvré dans le Nord de la France, envisage, d'après le maire de Bessé-sur-Braye, de "réhabiliter le site pour ensuite le revendre par lots". L'élu, échaudé par les annonces restées sans lendemain, se montre prudent. "Je ne fais aucun procès d'intention. J'espère que c'est sérieux", indique Jacques Lacoche, joint par France Bleu Maine. "C'est un peu la loterie. Dans ce domaine, certaines entreprises réussissent. D'autres, non". Ce projet, qui n'a pas de lien direct avec le secteur papetier, ne se traduira pas par l'embauche garantie d'anciens salariés d'Arjowiggins.   

2) Le projet d'anciens salariés pour fabriquer de la vaisselle jetable   

Porté par un groupe d’une vingtaine d'anciens employés d'Arjo, ce projet a été dévoilé début 2020. A cette époque, sur France Bleu Maine son promoteur, Christophe Garcia le résumait ainsi : "Viser des marchés en croissance, éco-responsables et ne nécessitant pas d’investissements colossaux." Ces Sarthois proposent de continuer à fabriquer "certains produits à forte valeur ajoutée, comme les cartes à jouer (Pokémon ou cartes de casino, par exemple) afin d’absorber les coûts fixes". Et, dans le même temps d’innover en produisant du "papier barrière" (blanc, épais, étanche à l’eau et aux graisses, pouvant supporter la chaleur, ndlr), "soit pour emballer des ramettes de papier soit pour fabriquer de la vaisselle jetable et biodégradable, notamment des gobelets et des assiettes". 

ARCHIVE : Le plan de la dernière chance pour faire redémarrer l’usine Arjowiggins de Bessé-sur-Braye

Le cabinet Secafi, chargé de réaliser l'étude de faisabilité chiffrait début 2020 l’investissement nécessaire à "15M€ - 20 M€". Christophe Garcia n'a pas répondu aux sollicitations de France Bleu Maine mais dans le journal Le Maine Libre du 14 mai 2020, il reconnaît que les espoirs de voir son projet aboutir son minces : "Le confinement a été un coup d’arrêt d’autant que nos pistes les plus prometteuses étaient asiatiques. Il nous reste une dizaine de pistes à explorer mais cela semble compromis maintenant".  

3) Le projet d'une association sarthoise pour fabriquer du papier pour catalogues  

Qualifié d'utopiste par ses détracteurs, cette proposition repose, elle aussi, sur la relance d'une activité papetière sur le site de Bessé-sur-Braye. L'association "Action citoyenne pour l'intérêt général" qui en est à l'origine se montre très déterminée. Elle revendique 20.000 signatures sur sa pétition mais elle a longtemps entretenu le flou sur les aspects concrets de son projet. Mi-mai, sa présidente Nadia Mattia explique à France Bleu Maine : "Nous souhaitons faire repartir l'usine en fabriquant du papier recyclé qui servirait à la réalisation de catalogues, essentiellement pour la grande distribution. Ce marché existe. Il est porteur. Nous pensons que notre projet permettrait de faire travailler 150 personnes". 

DOSSIER France Bleu Maine : la liquidation de la papeterie Arjowiggins de Bessé-sur-Braye

L'association indique être épaulée dans sa réflexion par "un professionnel qui oeuvre dans le secteur papetier en région parisienne et un cabinet d'affaires". Mais, indique Nadia Mattia, "tous les deux sont bénévoles et veulent rester discrets". L'association "Action citoyenne pour l'intérêt général" regrette le "peu de soutien des collectivités", notamment la Région Pays de la Loire, à qui elle a demandé une aide financière pour faire réaliser par un cabinet spécialisé l'indispensable étude de faisabilité. "Il faut entre 80.000€ et 120.000€", explique Nadia Mattia. "Malgré nos relances, la Région n'a toujours pas apporté sa réponse", indique-t-elle. Compte tenu des délais, les chances de voir ce projet aboutir semblent minces, elles aussi.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess