Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Les papeteries Arjowiggins dans la tourmente

Arjowiggins : un repreneur canadien promet 240 emplois à Bessé-sur-Braye

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

La papeterie Arjowiggins de Bessé-sur-Braye (Sarthe), liquidée en mars 2019, est reprise par la société "Paper Mill Industries". Décision du tribunal de commerce de Nanterre ce vendredi. L'entreprise canadienne prévoit l'embauche, en cinq ans, de 240 salariés parmi les 566 licenciés.

Le groupe papetier a mis la clé sous la porte, en mars 2019,
Le groupe papetier a mis la clé sous la porte, en mars 2019, © Radio France - Boris Hallier

La décision est accueillie avec un grand soulagement à Bessé-sur-Braye. Le tribunal de commerce de Nanterre donne son feu vert, ce vendredi 19 juin 2020, à la reprise de la papeterie Arjowiggins par la société canadienne "Paper Mill Industries". Cette dernière prévoit d'embaucher 240 personnes d'ici 2025. Les emplois seront prioritairement réservés aux anciens d'Arjo, dont l'entreprise a été liquidée en mars 2019. Parmi les quelque 600 Sarthois licenciés, environ 200 ont retrouvé un emploi, souvent en CDD ou en intérim. "C'est une bonne nouvelle", commente Jacques Lacoche, le maire de Bessé-sur-Braye, joint par France Bleu Maine. "Nous redoutions qu'un repreneur vienne démolir le site et laisse une friche. Je pense que le choix est bon. Nous garderons notre tradition papetière", ajoute-t-il. 

Stopper la courbe de l'angoisse

De son côté, Nadia Mattia, présidente du collectif "Action citoyenne pour l'intérêt général", affiche, elle aussi, son soulagement. "Nous sommes très satisfaits", indique-t-elle. "Ça fait plaisir de savoir que nous allons à nouveau entendre la cheminée d'Arjowiggins. Cette nouvelle vient stopper la courbe de l'angoisse", poursuit celle qui portait, ces derniers jours encore, un projet de relance de l'activité par la fabrication de papier pour catalogues. 

Un projet à tiroirs 

Le projet de "Paper Mill Industries" prévoit plusieurs activités sur le site de Bessé-sur-Braye : "Bois, recyclage de fibres textiles, production de papier durable, d'art et de sécurité", écrivent les liquidateurs judiciaires dans un communiqué. "Nous proposons de réindustrialiser l’ancien site papetier de Bessé-sur-Braye afin de redynamiser l’économie en région et d’apporter de nouvelles sources d’attractivité au territoire, à l’aide de projets industriels basés sur les principes fondamentaux du développement durable et à partir d’outils industriels existants", indique Pierre Petit, président de la société "Paper Mill Industries".

Qui est "Paper Mill Industries" ? 

La société "Paper Mill Industries" est une filiale du groupe Dottori, qui est un acteur majeur de l’industrie forestière au Canada. Créé en 1972 par Frank Dottori industriel et investisseur canadien, le groupe Dottori est spécialisé dans l’industrie du bois et plus particulièrement dans le domaine des produits forestiers et du papier. Son fils James Dottori en est aujourd’hui le directeur général. 

DOSSIER France Bleu Maine : Arjo, de la liquidation à la reprise

Ces dernières semaines, les espoirs de trouver un repreneur s'étaient considérablement réduits. "Nous commencions à désespérer", reconnaît Jacques Lacoche, le maire de Bessé-sur-Braye. Trois projets étaient encore en lice courant mai. Aucun de ceux-là n'a finalement abouti : ni celui d'un repreneur britannique, ni celui d'anciens salariés pour concevoir de la vaisselle jetable, ni celui d'une association sarthoise pour fabriquer du papier pour catalogues. Début juin, deux entreprises s'étaient manifestées en toute discrétion. C'est donc l'offre de la société "Paper Mill Industries" qui a convaincu le tribunal de commerce de Nanterre ce vendredi 19 juin 2020.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu