Économie – Social

Arnaquée, l'entreprise de Bressuire risque la fermeture !

Par Delphine Garnault, France Bleu Poitou mardi 8 septembre 2015 à 19:19

L'entreprise victime d'une escroquerie
L'entreprise victime d'une escroquerie - Marie Coralie Fournier

L'entreprise BRM Mobilier de Bressuire dans les Deux-Sèvres est menacée de fermeture. Les 44 salariés sont sous le choc. L'entreprise s'est fait flouer toute sa trésorerie cet été : 1,6 millions d'Euros en un mois. Résultat : les caisses sont vides.

La société BRM Mobilier de Bressuire dans les Deux Sèvres fabrique du mobilier pour bibliothèques et médiathèques. Elle emploie 44 salariés et a été victime d'une arnaque cet été. Une enquête est ouverte pour escroquerie en bande organisée, après cette arnaque au "faux président". Les caisses sont vides, le montant de l'arnaque s'élèverait à 1,6 million d'euros.

Des escrocs bien renseignés

Un mail est adressé à la comptable de l'entreprise, en juillet. Ce message est signé du PDG, pour annoncer une grosse opération financière en Asie, menée par des avocats et experts comptables. Ce soit-disant PDG est en fait un groupe d'escrocs très renseignés sur l'entreprise.  Ils savent que les caisses sont pleines : BRM vient de livrer une commande en Arabie Saoudite pour un million d'Euros. Ces escrocs mettent la pression sur la comptable, avec plusieurs fausses adresses. Ils lui assènent de rester très discrète. La comptable mord à l'hameçon. Le 21 juillet, premier virement bancaire vers la Thaïlande. La banque tique, et obtient confirmation. 6 autres virements suivent, toujours vers l'Asie. 1 millions 600 mille Euros au total, les caisses sont siphonnées.

Demande de cessation de paiement

La direction s'en rend compte le 1er septembre, pendant une réunion commerciale. Elle n'a plus les moyens de payer ses fournisseurs et ne peut pas livrer ses clients. La direction vient donc de déposer une demande de cessation de paiement. De son côté, le groupe belge auquel appartient cette entreprise refuse de mettre la main au portefeuille. Le groupe estime avoir déjà investi 1,5 million d'euros pour ce site et n'a pas les moyens de le soutenir financièrement après cette arnaque.

Deux autres entreprises du groupe ont été touchées par le même type d'arnaque au mois de juin, mais les escrocs ont été démasqués à temps.