Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Arrêt des réacteurs de Tricastin : plus de 200 millions de manque à gagner pour EDF

vendredi 8 décembre 2017 à 4:18 Par Pierre-Jean Pluvy, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Le directeur de la centrale nucléaire de Tricastin a fait savoir jeudi que l'arrêt des quatre réacteurs pendant deux mois cet automne a entraîné un manque à gagner pour EDF de plus de 200 millions d'euros.

Les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Tricastin
Les quatre réacteurs de la centrale nucléaire de Tricastin -

EDF continue à penser que l'arrêt des quatre réacteurs de la centrale de Tricastin pendant les travaux n'était pas nécessaire. Et l'autorité de sûreté nucléaire -qui a le dernier mot dans ce domaine- explique que les conséquences d'un séisme pendant les travaux auraient été dramatiques.

Une note de plus de 200 millions d'euros 

Le directeur de la centrale de Tricastin a donc lâché ce chiffre en redisant son opposition à cet arrêt. Au printemps dernier, EDF constate qu'une partie de la digue du canal de Donzère/Montdragon, géré par la Compagnie Nationale du Rhône pourrait céder en cas de séisme particulièrement puissant. EDF est donc sommé de faire des travaux de renforcement de cette digue. Et l'ASN, l'autorité de sûreté nucléaire ordonne pendant les travaux l'arrêt des quatre réacteurs de la centrale.  Ce sont 6 milliards de kilowatt/heure qui ne seront pas envoyés sur le réseau électrique français.  C'est la consommation de l'agglomération lyonnaise pendant deux mois. Les travaux ont coûté trois millions d'euros. Mais le manque à gagner pour EDF dépasse les deux cents millions d'euros. 

Un redémarrage progressif

Le réacteur N°1 a redémarré le lundi 4 décembre. Les réacteurs N°3 et 4 redémarreront dans les jours qui viennent. Le réacteur N°1 sera à nouveau couplé au réseau électrique français à la fin du mois de décembre pour des raisons de maintenance.