Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Arrivée d’Amazon, le maire d’Annecy réagit : "il y avait besoin d’une vraie mise au point"

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Ce mardi, Jean-Luc Rigaut a rencontré les responsables d’Amazon France. Le maire d’Annecy (Haute-Savoie) revient sur ce rendez-vous durant lequel il affirme avoir demandé au géant américain de la vente en ligne de respecter plusieurs engagements. Interview.

Arrivée d’Amazon, le maire d’Annecy réagit : "il y avait besoin d’une vraie mise au point" indique Jean-Luc Rigaut.
Arrivée d’Amazon, le maire d’Annecy réagit : "il y avait besoin d’une vraie mise au point" indique Jean-Luc Rigaut. © Maxppp - -

Fin de la partie de cache-cache. Amazon sera bien le futur locataire du centre logistique actuellement en construction sur Annecy-Seynod. Ce mardi, Jean-Luc Rigaut a rencontré plusieurs responsables de la filiale française du géant américain du commerce en ligne. Sur ce dossier "il y avait besoin d’une vraie mise au point", indique le maire d’Annecy. 

Jean-Luc Rigaut, vous avez à plusieurs reprises assuré ne pas avoir apprécié la façon de faire d’Amazon. Comment s’est déroulée votre rencontre avec les responsables français du groupe ? 

Il y avait besoin d’une vraie mise au point parce que fonctionner avec un faux nez, on n’aime pas ça à Annecy. J’ai eu l’impression d’être dupé et je leur ai dit. Ils m’ont répondu qu’ils agissaient toujours de la sorte, c’est leur méthode pour s’installer (la construction des bâtiments n’est pas réalisée sous le nom d’Amazon mais elle est confiée à un investisseur, NDLR). Je leur ai répondu : à Annecy, on n’utilise pas ces méthodes de voyous ! Ici, il faut que les choses soient claires si on veut engager des partenariats durables. Ils se sont excusés, c’est déjà un bon point. Ils m’ont également dit qu’ils allaient communiquer de leur côté. Maintenant, j’attends cette communication officielle pour que les choses soient clairement dites et établies. 

"J'ai exigé une flotte 100% électrique" - Jean-Luc Rigaut, maire d'Annecy

Amazon va donc s’installer sur Annecy et les critiques sont déjà nombreuses. Des opposants comme Extinction Rebellion par exemple pointent du doigt des problèmes de circulation et de qualité de l’air… 

Francoise Camuso (maire de la commune déléguée de Seynod, NDLR) m’accompagnait pour ce rendez-vous avec Amazon. Ensemble, nous avons mis sur la table les sujets importants pour nous. Le 20 février, Annecy va s’engager dans le plan climat-air-énergie territorial (PCAET) avec l’objectif de décarboner la ville. J’ai exigé que dans l’aire urbaine Amazon n'utilise qu'une flotte de véhicules électriques. Ils ont accepté. Deuxièmement, j’ai demandé que les camions arrivant sur ce centre logistique (une dizaine de poids-lourds chaque nuit, NDLR) utilisent notre future station biogaz d’Argonay. Là, ils m’ont répondu qu’ils ne pouvaient pas s’engager fermement mais qu’ils iraient vers cet objectif pour répondre à nos attentes en matière de décarbonation. La fluidité du trafic est également une question importante. J’ai donc insisté sur l’interdiction formelle pour leurs camionnettes de livraison de traverser le Vieux-Seynod.  

Amazon cristallise également les mécontentements sur le respect des lois et notamment en termes de droit du travail. Avez-vous abordé ce point ?

Ils se sont engagés à respecter les lois françaises notamment en termes d’emploi. C’est quand même un minimum quand on vient s’installer en France. Nous sommes partis sur ces bases maintenant j’attends de voir comment les choses vont se mettre en place.  

Certains vous demandent de vous opposer, en tant que maire, à l’arrivée d’Amazon, est-ce votre intention ? 

Je n’ai pas à juger des implantations commerciales. Ils ont acheté un terrain privé et construisent un bâtiment aux normes environnementales d’aujourd’hui. Végétalisation, protection du bruit, basse consommation énergétique… ils cochent toutes les cases et respectent complètement le plan d’urbanisme. Le droit privé existe, nous sommes dans un pays de liberté donc ils s’installent, un maire ne peut pas empêcher cela. Mais je serai très vigilant et nous ferons respecter les conditions pour aller vers la décarbonation urgente de notre territoire avec une meilleure qualité de l’air. Nous y sommes tous sensibles. 

Au cœur des municipales 

L’arrivée d’Amazon sur Annecy s’est invitée au cœur de la campagne des élections municipales des 15 et 22 mars et dans laquelle le maire sortant, Jean-Luc Rigaut, briguera un nouveau mandat. La députée et candidate Frédéric Lardet (Annecy Respire) propose la création d’une "autre plate-forme en ligne pour pouvoir acheter à nos commerçants annéciens"

François Astorg (Réveillons Annecy) rappelle pour sa part l’importance pour les pouvoir publics "d’encadrer et organiser la logistique du dernier kilomètre avec tous les acteurs économiques du transport (…) logistique de bout de chaîne occupe 20 % du trafic, 30 % de la voirie et se trouve être à l’origine de 25 % des émissions de gaz à effet de serre." 

Denis Duperthuy, tête de liste "Les Annéciens" dénonce le "laxisme" des élus "avides de grands projets et endormis par la promesse de création de quelques emplois". Pour le candidat du Rassemblement National, Vincent Lecaillon, "cette implantation aurait dû alarmer et interpeller la majorité municipale". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess