Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ascométal : Bruno Le Maire s'engage à relayer les propositions des syndicats pour sauvegarder l'aciérie d'Hagondange

mercredi 31 janvier 2018 à 21:06 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

La grève a été reconduite sur le site Ascométal d'Hagondange ce jeudi. Après la reprise du groupe par Schmolz + Bickenbach, les salariés de l'usine mosellane s'alarment des suppressions de postes à venir. Ils ont été reçus, ce mercredi soir, par le ministre de l'Economie.

Une centaine de salariés s'est rassemblée devant l'usine Ascométal d'Hagondange ce jeudi.
Une centaine de salariés s'est rassemblée devant l'usine Ascométal d'Hagondange ce jeudi. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Hagondange, France

Alors qu'une centaine de salariés a débrayé, ce mercredi, devant l'usine Ascométal d'Hagondange, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a rencontré des représentants syndicaux du site. Ces derniers dénoncent en effet la suppression, d'ici un mois, de 35 postes dans différents secteurs de l'usine et, d'ici deux ans, la fermeture de l'aciérie mosellane, la dernière encore en activité dans le département. Des mesures inscrites dans le plan de reprise du groupe germano-suisse Schmolz + Bickenbach, nouveau propriétaire de l'entreprise sidérurgique.

Il faut réfléchir à deux fois avant de fermer l'activité

"Cette aciérie a des qualités spécifiques, a reconnu le ministre, elle produit un acier très particulier. Il n'y pas d'équivalent dans les autres aciéries européennes. Donc, _il y a la possibilité de maintenir cette aciérie ouverte_." C'est également l'avis des syndicats, qui vont faire toute une série de propositions concrètes, que Bruno Le Maire s'est engagé à relayer au nouveau propriétaire. Les deux hommes ont en effet rendez-vous vendredi matin.

Bruno Le Maire s'est entrenu une quinzaine de minutes avec les représentants syndicaux d'Ascométal Hagondange. - Radio France
Bruno Le Maire s'est entrenu une quinzaine de minutes avec les représentants syndicaux d'Ascométal Hagondange. © Radio France - Cédric Lang-Roth

"Avant de fermer l'activité, il faut réfléchir à deux fois, a ajouté le locataire de Bercy. On sait bien qu'après, elle ne rouvre pas. Donc, ce sont des décisions à peser avec beaucoup d'attention".

15 millions pour moderniser l'aciérie

Le ministre de l'économie a également rappelé que Schmolz + Bickenbach envisage d'investir 25 millions d'euros pour restructurer le laminoir et le parachèvement, "ce qui est une bonne nouvelle pour le site et qui montre que Schmolz croit en l'avenir du site", selon lui.

De son côté, la CGT estime qu'il faudrait 15 millions d'euros pour moderniser l'aciérie et lui donner un avenir. Yan Amadoro, le secrétaire CGT du site, explique qu'il y a un "risque de perte de clients. Il y a 250.000 tonnes d'acier liquide qui ont été produits l'an dernier à Hagondange, principalement pour l'automobile, mais aussi pour l'armement. Ce sont des ressources stratégiques !"