Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ascoval : la justice rendra sa décision le 12 décembre sur l'avenir du site de Saint-Saulve

mercredi 7 novembre 2018 à 9:50 Par Eric Turpin, France Bleu et France Bleu Nord

Le tribunal de Strasbourg repousse sa décision au 12 décembre sur l'avenir du site d'Ascoval à Saint-Saulve dans le Nord. L'entreprise est menacée de fermeture. Il y a une semaine, un cabinet d'expert a jugé l'offre de reprise d'Altifort "crédible et viable".

Deux jours après l'annonce de la reprise du travail, les Ascoval nettoient le "rond-point de la colère".
Deux jours après l'annonce de la reprise du travail, les Ascoval nettoient le "rond-point de la colère". © Maxppp - Pierre Rounet

Les 281 salariés du site d'Ascoval de Saint-Saulve dans le Nord vont devoir encore s'armer de patience. Ils espéraient être fixés ce mercredi sur leur avenir. Le tribunal de commerce de Strasbourg a décidé de repousser sa décision au mercredi 12 décembre prochain. Il s'accorde cinq semaines de plus pour se prononcer. 

Ce nouveau délai, après un sursis de deux semaines accordé fin octobre, doit permettre de valider l'offre de reprise du franco-belge Altifort de trouver un accord avec Vallourec, actionnaire et unique client actuel de l'aciérie, ont indiqué des représentants du personnel et d'Altifort à l'issue d'une très brève audience.  

La semaine dernière, lors d'une réunion à Bercy, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a estimé que « l'offre d'Altifort me paraît solide » même si  « un certain nombre de fragilités subsistent » et qu'il y avait  « une chance » de sauver le site de Saint-Saulve, en redressement judiciaire.

A la suite de cette réunion, les salariés d'Ascoval qui ne travaillaient plus depuis le 23 octobre, ont décidé de reprendre le travail sur le site de Saint-Saulve.