Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Ascoval : la justice rendra sa décision le 2 mai, un seul repreneur en lice

-
Par , , France Bleu, France Bleu Nord

Le tribunal de grande instance de Strasbourg rendra sa décision le 2 mai sur la reprise de l'aciérie de Saint-Saulve dans le Nord. Un seul repreneur est en lice. Il s'agit de British Steel.

L'aciérie Ascoval de Saint Saulve emploie 281 salariés
L'aciérie Ascoval de Saint Saulve emploie 281 salariés © Maxppp - Pierre Rouanet

Encore une semaine de patience pour les 268 salariés de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve dans le Nord. C'est le jeudi 2 mai qu'ils seront fixés sur leur sort. 

Le tribunal de grande instance de Strasbourg dira alors s'il valide ou non la reprise du site par le seul repreneur en lice à l'issue de l'audience de ce mercredi matin. Il s'agit de Bristish Steel. L'italien Calvi Networks a retiré son offre, a annoncé devant la presse le porte parole de l'intersyndicale. Les 2 autres offres ont été jugées caduque pour l'une et irrecevable pour celle de Franck Supplisson.

Le groupe industriel britannique promet de garder tous les salariés. British steel a en plus amélioré son offre depuis le dernier report accordé fin mars par les magistrats strasbourgeois, notamment au niveau social. 

L'offre de British Steel est une offre tout à fait excellente tant sur le sujet commercial, qu'industriel, que le sujet social et financier donc c'est une très belle offre qui place Ascoval au milieu d'un dispositif industriel où on aura un rôle majeur donc on bénéficierait de toute  l'attention du groupe, Cédric Orban

Il reste en revanche une clause suspensive sur laquelle le sidérurgiste anglais et Vallourec l'ancien propriétaire de l'acierie doivent se mettre d'accord. Les syndicats restent donc prudents, le directeur lui est plus confiant sur la levée de cette clause.

En attendant le 2 mai, les salariés sont toujours au chômage technique, ils n'ont travaillé qu'une semaine en avril. Ils devraient reprendre le 13 mai si l'offre de reprise est validée par la justice.