Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Attentats de Paris : Les commerces du centre-ville de Bordeaux en baisse de fréquentation et d'activité

jeudi 24 décembre 2015 à 10:10 Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde et France Bleu

L'activité baisse dans les commerces du centre ville de Bordeaux depuis les attentats de Paris. Un rapport de la CCI montre que 9 commerçants sur 10 ont été touchés par cette baisse et certains ont même perdu beaucoup d'argent.

Les commerces de Bordeaux affirment à 90% avoir souffert des attentats de Paris
Les commerces de Bordeaux affirment à 90% avoir souffert des attentats de Paris © Radio France

Bordeaux, France

Les commerçants du centre ville de Bordeaux n'ont pas le moral. Rue Sainte Catherine et rue de la porte Dijeaux, l'activité et la fréquentation sont en baisse depuis les attentats de Paris. Et malgré la période de fêtes actuelle, certains commerçants sont pessimistes pour la suite. 

J'ai perdu 30 % de mon chiffre d'affaire

— Saskia, commerçante

Saskia tient une boutique de prêt-à-porter et explique "Ça a été terrible. Surtout la semaine qui a suivi,  j'ai perdu 30 % de mon chiffre d'affaire. Une dizaine de jours après, on a revu un peu de fréquentation mais ce n'est pas encore ça, les gens sont moroses"

Si certains sont en difficulté, d'autres préfèrent aller de l'avant, comme Yohann, gérant d'une boutique pour homme : "Nous avons une clientèle fidèle donc quand on fait 30 % de moins de fréquentation, ça ne veut pas dire 30 % de moins en chiffre d'affaire"

Les fêtes pour rattraper les pertes d'argent

De manière générale, les commerçants du centre-ville comptaient sur la période des fêtes de fin d'année pour rattraper leurs pertes, et pour Laurence, responsable d'un magasin de bijoux, ça a plutôt l'air de marcher : "Il n'y a pas de craintes ni de frilosité, je pense que les gens sont passés à la période de Noël et ont en quelque sorte zappé la peur des attentats"

Et après les fêtes, les commerçants attendent les soldes pour combler le manque de recettes.

Soizic Bour