Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Au Havre, Edouard Philippe dévoile sa politique maritime pour relancer les ports français

mardi 21 novembre 2017 à 11:50 Par Eric Turpin, France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Breizh Izel, France Bleu Cotentin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu La Rochelle, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Edouard Philippe a dévoilé mardi aux Assises de l'économie de la mer au Havre sa politique maritime pour relancer les ports français.

Le Premier ministre Edouard Philipppe dévoile son plan d'action pour relancer les ports français
Le Premier ministre Edouard Philipppe dévoile son plan d'action pour relancer les ports français - © Capture d'écran de la vidéo du gouvernement

« Je veux que la France devienne l'une des grandes portes de l'Europe continentale », a déclaré Edouard Philippe ce mardi matin au Havre lors de son discours en ouverture des assises de l'économie de la mer. « Nous avons pris du retard rapport aux autres ports d'Europe du Nord. Ce retard commence à nous coûter cher mais il n'est pas irréversible », a lancé le Premier ministre avant de dévoiler sa politique de la mer.

Renforcer les trois grands ports français

Les ports du Havre, de Marseille et de Dunkerque doivent demeurer dans le giron de l'Etat. Mais Edouard Philippe veut améliorer leur gestion. Il estime que la gouvernance actuelle des ports du Havre, de Rouen, et de Paris a atteint ses limites.

Il souhaite que le port de Marseille s'articule mieux avec les autres ports de la façade méditerranéenne et qu'il aille jusqu'à Lyon. Le port de Dunkerque doit se coordonner avec les ports voisins, notamment Calais pour mieux affronter la concurrence des grands ports belges et néerlandais.

Le Premier ministre estime par ailleurs que la fiscalité des ports n'est plus adaptée. Il faut la revoir complètement pour améliorer leur compétitivité. Il souhaite une stratégie portuaire nationale pour que les trois grands ports du Havre, de Marseille et de Dunkerque soient dotés des équipements nécessaires pour faire face à la concurrence.

Le canal Seine Nord conforté

« Les collectivités du Nord ont choisi le fleuve avec le canal Seine Nord. Elles travaillent avec l'Etat à définir un mode de financement acceptable », a précisé le Premier ministre, ajoutant que l'important était « d'en faire un succès pour nos ports, pour nos fleuves et pour nos territoires ».

La transition énergétique

Le Premier ministre a promis que le gouvernement adapterait la réglementation pour faciliter l'approvisionnement des navires en GNL dans les ports. Le gaz naturel liquifié est un carburant qui réduit considérablement les émissions de gaz à effet de serre et de gaz polluant du transport maritime.

La transition énergétique c'est aussi les éoliennes en mer. Dès 2018, les études seront lancées pour l'éolien flottant en Bretagne et en Méditerranée, a annoncé Edouard Philippe. Des études environnementales et un débat public seront aussi menés sur le projet de parc éolien au large d'Oléron.

Défendre la pêche

Le Premier ministre s'est engagé à défendre la pêche française « contre vents et marées » dans le cadre de la négociation sur le Brexit. Les pêcheurs redoutent de ne plus pouvoir pêcher à proximité des côtes britanniques. Cela représente 30 % de leur chiffre d’affaires.

Appel lancé aux jeunes

Edouard Philippe a conclu son discours en appelant les jeunes à choisir les métiers de la mer. « Prenez le large, embarquez vous et embarquez la France avec vous », a-t-il lancé, souhaitant que « la future réforme de l'apprentissage réserve une place de choix à la pêche ».