Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au Mans, un bilan mitigé pour les soldes d'hiver dans un contexte de crise sanitaire

-
Par , France Bleu Maine

Les soldes d'hiver se sont achevés mardi 2 mars au soir, après six semaines de rabais. Dans le contexte de la crise sanitaire, les commerçants manceaux n'ont pas forcément réalisé une bonne opération.

Les soldes d'hiver prennent fin dans ce magasin de lingerie du Mans, le 2 mars 2021 (illustration).
Les soldes d'hiver prennent fin dans ce magasin de lingerie du Mans, le 2 mars 2021 (illustration). © Radio France - Clémentine Vergnaud

Finis les rabais ! Les soldes d'hiver se sont achevés mardi 2 mars au soir, après six semaines de rabais. Ce qui est habituellement un des temps forts de l'année pour les commerçants a été, cette année, perturbé par le contexte de crise sanitaire. Conséquence : les commerçants du centre-ville du Mans sont mitigés à l'heure du bilan. 

La prolongation de deux semaines, "pas forcément concluante"

Les clients avaient pourtant du temps pour faire des bonnes affaires : les soldes ont été rallongés de deux semaines par le ministère de l'Economie pour tenter d'aider les commerçants à se redresser. Mais cela n'a pas suffi, selon Catherine Sasso : "On a eu un mois de janvier plutôt bon et un mois de février plutôt calme. Le fait de faire perdurer les soldes jusqu'au 2 mars n'a donc pas forcément été concluant", affirme celle qui tient un magasin de vêtements pour homme et dirige l'association de commerçants Manséa.

Entre la météo parfois capricieuse et les cafés fermés, difficile d'attirer les clients. Et la fermeture - même temporaire - de certains centres commerciaux n'a pas permis à France Foucault de récupérer des acheteurs. "On n'a pas ressenti quelque chose d'affluent au niveau du centre-ville", déplore la gérante du magasin de lingerie Ligne S. "Est-ce que c'est lié au type de vêtements ? Aux parkings ? Je ne sais pas", s'interroge-t-elle, alors que son chiffre d'affaires a chuté de 20% en janvier et février par rapport à l'année précédente.

Certaines clientes me disent que c'est mieux que le psy - Estelle Boiron, gérante de trois magasins

Par ailleurs, les impératifs liés à l'épidémie de coronavirus ont parfois dissuadé les consommateurs d'acheter. Le couvre-feu a par exemple pu être un frein : "Parfois, on a des gens dans le magasin qui d'un coup disent : 'Mince, dans 15 minutes il faut qu'on soit partis !' Donc ils partent en cinq minutes", regrette Estelle Boiron, gérante de trois boutiques passage du commerce, pour qui le bilan global est en revanche très positif (et même supérieur aux années précédentes). 

Les soldes d'hiver prennent fin dans ce magasin de lingerie du Mans, le 2 mars 2021 (illustration).
Les soldes d'hiver prennent fin dans ce magasin de lingerie du Mans, le 2 mars 2021 (illustration). © Radio France - Clémentine Vergnaud

France Foucault a elle aussi vu le couvre-feu vider les rues du centre-ville en fin d'après-midi. "Avant, avec les beaux jours, à 18h les gens faisaient plus leurs courses alimentaires avant de rentrer donc en flânant ils pouvaient peut-être encore faire un achat. Aujourd'hui, dès 17h15 c'est terminé." Le télétravail l'a aussi privée de sa clientèle de la pause déjeuner. "On se demande pourquoi on ouvre encore entre 12h et 14 parce que le télétravail a tout cassé", confie-t-elle. Si les commerçants font parfois grise mine, les clients, eux, semblent avoir pris du plaisir à faire de bonnes affaires. "Certaines clientes me disent que c'est mieux que le psy !", s'amuse Estelle Boiron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess