Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Au marché d'Yssingeaux, le masque obligatoire ne fait pas que des heureux

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'obligation du port du masque au marché d'Yssingeaux, en Haute-Loire, est entrée en vigueur ce jeudi 6 août. La mesure vise à limiter la propagation du virus dans les allées de la ville qui accueille plus de 300 exposants. Mais la première application de la mesure n'a pas ravi tout les clients.

Le masque est désormais obligatoire pour accéder au marché (image d'illustration).
Le masque est désormais obligatoire pour accéder au marché (image d'illustration). © Radio France - Noémie Guillotin

Ils étaient nombreux à marquer un court arrêt à l'entrée du marché d'Yssingeaux, ce jeudi 6 août.  Sur des barrières installées par la mairie, des panneaux rappellent l'obligation de porter un masque pour accéder au marché, l'un des plus importants de Haute-Loire. "Il faut que je repasse chez moi, c'est quand même pénible", peste une habitante, cliente historique du marché, qui a oublié le précieux sésame. 

Si l'entrée n'est pas contrôlée -des gendarmes patrouillent directement à l'intérieur du marché-, la mesure est globalement  bien respectée dans les allées bondées du marché, qui a fait le plein. À côté de son étal de fromages, Jean-Louis se réjouit de voir que la décision n'a pas fait fuir les clients. "Les clients sont au rendez-vous et beaucoup me disent que ça les rassure. Si ils viennent c'est gagnant-gagnant parce que pour nous, les commerçants, c'est aussi plus sûr."

Marché écourté 

Mais sous une température de 32 degrés, les passants sont nombreux à se plaindre des inconvénients du port du masque : chaleur, difficulté à respirer ou tout simplement à se comprendre. Derrière les étals, certains s'isolent d'ailleurs pour respirer à l'air libre. C'est le cas de Sylvie, qui ne compte pas rester longtemps : "je comprends que ce soit obligatoire mais c'est très difficile quand il fait chaud. D'habitude, je reste parler avec des amis et les commerçants, mais là je veux juste sortir pour l'enlever". 

Pour d'autres, c'est le contact humain qui manque le plus. "Ça casse tout. On rencontre des gens et on ne peut pas leur faire la bise, on ne se reconnait pas entre nous... C'est triste d'en arriver là", se désole un couple d'habitués. 

Une situation qui durera jusqu'au 4 septembre, date de fin de l'obligation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess