Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Au moins 50% du personnel de l'EHPAD de Brantôme en grève jeudi

mercredi 26 septembre 2018 à 15:53 Par Noémie Philippot, France Bleu Périgord

Les salariés de l'EHPAD de Brantôme sont à bout. Ils dénoncent les méthodes de management de leur directeur, ainsi qu'une réorganisation d'envergure lancée alors qu'il quitte son poste lundi 1er octobre. Les grévistes manifesteront à partir de 14 heures devant l'établissement jeudi.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Lionel VADAM

Brantôme, France

La résidence de la Dronne à Brantôme tournera au ralenti ce jeudi 27 septembre. Sur les 82 salariés de l'Etablissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD), au moins 50 % ont annoncé qu'ils participeront à la grève. 

Une réorganisation totale de l'établissement sans consultation

Leur porte parole explique que depuis près d'un an, le personnel est en souffrance. En cause : le management du directeur, et plus récemment une réorganisation de tout le fonctionnement de l'établissement, sans concertation. Le directeur aurait fait passer en force la suppression des RTT pour les techniciens et les cuisiniers, ainsi qu'une refonte totale des fiches de poste, en passant outre l'avis négatif du Conseil Technique d'Etablissement (CTE). 

Des décisions qui passent d'autant plus mal pour le personnel que le directeur doit quitter ses fonctions lundi 1er octobre prochain. Alors ce jeudi, les grévistes se donnent rendez-vous à partir de 14 heures devant l'établissement. Avec le soutien de certaines familles des 116 résidents, ils comptent marquer le coup avant ce départ, en exprimant leur mécontentement et demandant la fin de cette réorganisation.