Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Au Secours populaire Béarn-Pau "on voit les stocks de nourriture fondre"

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Après avoir assuré la distribution alimentaire en sous-effectif et dans des conditions très compliquées pendant le confinement, la responsable de l'alimentaire, Mireille Laffitte, voit arriver depuis le déconfinement de plus en plus de personnes dans le besoin et craint de manquer de denrées.

Les bénévoles de l'association servent près de 370 bénéficiaires chaque lundi, et craignent de voir arriver beaucoup plus de monde en rouvrant les mardis et jeudis à partir du 2 juin.
Les bénévoles de l'association servent près de 370 bénéficiaires chaque lundi, et craignent de voir arriver beaucoup plus de monde en rouvrant les mardis et jeudis à partir du 2 juin. © Radio France - Philippe Rey-Gorez

"Les stocks fondent et je crains que nous manquions de nourriture". Mireille Laffitte est responsable de la distribution alimentaire au Secours populaire Béarn-Pau et elle s'inquiète de manquer d'huile, de farine, de céréales pour les enfants, de viande ou de légumes. 

A Pau, l'association a dû fermer ses portes pendant le confinement. Mais Mireille Laffitte et quatre autres collègues ont quand même continué d'assurer la distribution alimentaire du lundi. "Nous servons entre 350 et 370 personnes, ce qui est énorme. Et encore, beaucoup de gens n'osent pas encore venir par peur du virus. Et à partir de la semaine prochaine nous reprendrons les distributions des mardis et jeudis en plus de celle du lundi." 

Certaines personnes que nous n'avions pas vues depuis longtemps sont revenues parce qu'elles étaient vraiment aux abois, à la limite d'être expulsées de chez elles. Elles n'ont plus rien.

Pour elle il faudrait que le FEAD, le fonds européen pour l'aide aux personnes démunies, donne plus. "Nous avons déjà bien pioché dans leur stock pendant le confinement et les nouvelles dotations ne sont pas encore arrivées", s'inquiète-t-elle. Elle constate que les familles, en plus d'être plus nombreuses à se présenter aux portes du Secours populaire, sont plus démunies encore qu'avant la crise. "Tout part, pas une seule boîte ne reste dans les cartons. Certaines personnes que nous n'avions pas vues depuis longtemps sont revenues parce qu'elles étaient vraiment aux abois, à la limite d'être expulsées de chez elles. Elles n'ont plus rien."

Appel aux dons 

Elle se réjouit en revanche de voir que la solidarité ne manque pas, puisqu'après avoir passé un mois et demi à assurer la distribution à cinq bénévoles, avec des horaires à rallonge et pas assez de masques, une centaine de personnes ont répondu à l'appel à bénévoles de l'association depuis le confinement. Le Secours populaire appelle maintenant à des dons, de nourriture surtout mais aussi de produits d'hygiène et de couches pour bébés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess