Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aubigny-sur-Nère : 160 emplois menacés chez Mecachrome

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Frappée de plein fouet par la crise qui secoue le secteur de l'aéronautique, l'usine Mecachrome d'Aubigny-sur-Nère dans le Cher, envisage de supprimer 160 emplois sur 476 postes. Les syndicats souhaitent la mise en place du chômage partiel de longue durée.

Mecachrome produit notamment des pièces pour les moteurs d'avions
Mecachrome produit notamment des pièces pour les moteurs d'avions © Maxppp - Alain Fougeray-La Nouvelle République

L'information est tombée ce vendredi : l'usine Mecachrome d'Aubigny-sur-Nère dans le Cher pourrait supprimer 160 emplois sur les 471 salariés qui travaillent sur le site. Des annonces faites par la direction au siège du groupe à Amboise, au cours d'un Comité Social et Économique. Mecachrome sous traitant d'Airbus, fabrique des pièces mécaniques pour l'aéronautique notamment, secteur durement touché depuis le début de la crise sanitaire.

306 suppressions d'emploi sur trois sites

Plusieurs sites de Mécachrome en France sont concernés par ce PSE (Plan de Sauvegarde l'Emploi) : le site d'Amboise en Indre-et-Loire pourrait perdre lui au total 108 postes sur 421 (avec 56 mutations proposées au siège)  et sur le site de Vibraye dans la Sarthe, 38 postes sur 74 passeraient à la trappe. Au total, 306 suppressions d'emplois envisagées sur les trois sites d'Aubigny, Amboise et Vibraye sur 971 salariés, soit prés d'un tiers des effectifs.

Négociations avec la direction jusqu'à la mi décembre

Un plan social qui est une vraie douche froide pour les syndicats. La CFDT demande à la direction générale de revoir son projet. De son coté, Force Ouvrière, souhaite que soit réalisée une expertise des comptes et de la stragégie de l'entreprise. FO souhaite par ailleurs la mise en place du chômage partiel de longue durée. Les discussions avec la direction doivent se poursuivre jusqu'à la mi décembre. Le PSE doit être lancé à la fin du mois de janvier 2021.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess