Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Aucune avancée dans la grève à l’entrepôt Intermarché de Villeneuve-lès-Béziers

mardi 8 mai 2018 à 5:20 Par Stefane Pocher, France Bleu Hérault

Le mouvement social se poursuit à la plateforme logistique de Villeneuve-lès-Béziers (Hérault). Les négociations n’ont pas abouti ce lundi. Le site fortement impacté tourne au ralenti grâce aux intérimaires.

Des dizaines de camions stationnent à l'entrée de la plateforme logistique de Villeneuve-Lès-Béziers
Des dizaines de camions stationnent à l'entrée de la plateforme logistique de Villeneuve-Lès-Béziers © Radio France - Stéfane Pocher

Villeneuve-lès-Béziers, France

Une nouvelle réunion s’est tenue ce lundi à l’entrepôt Intermarché de Villeneuve-lès-Béziers. Mais les négociations n’ont pas abouti entre la direction et syndicats. Ils ont prévu de se revoir ce mardi. Cet entrepôt de 400 salariés, installé sur la ZAC de la Méridienne, alimente en produits frais et secs tous les magasins Intermarché et Netto, de l'Hérault, l'Aude, le Gard, la Lozère et les Pyrénées-Orientales. La grève, commencée jeudi soir, est suivie par 90% des salariés de l'entrepôt d'après les syndicats.

Chacun campe sur ses positions

La CFTC,  la CGT et la CFDT dénoncent notamment les mauvaises conditions de travail et un projet de suppression des primes (jusqu'à 250 euros par mois pour certains salariés). Les propositions des syndicats ont été présentées dans la journée à la direction nationale. Le personnel craint un essoufflement rapide de la gréve. Nicolas Meyer, délégué du personne,l a peu d'espoirs.  Il craint que la direction casse le mouvement en démotivant les grévistes. La direction locale ne souhaite pas répondre à nos questions. 

La plateforme tourne au ralenti

Cette plateforme de 60 000 mètres carrés alimente plus de de 150 magasins. Les grévistes se relaient devant le site de jour comme de nuit depuis jeudi soir. Ils ne bloquent pas les camions. À l'extérieur, plusieurs dizaines de poids-lourds sont stationnés et attendent d'être déchargés de leurs marchandises. Les conducteurs attendent leur tour pour être déchargés, ou approvisionnés. La plateforme tourne au ralenti avec la quarantaine d’intérimaires. En temps normal, 50 à 100 camions y transitent quotidiennement. Alors forcément, chaque conducteur doit patienter et attendre son tour en espérant une issue rapide

Dans les grandes surfaces Intermarché et Netto impactées par cette grève, il n'y a pas de pénurie pour le moment : les magasins sont en fait alimentés par d'autres entrepôts.

Le personnel  s'est installé devant l'entreprise sans bloquer les camions - Radio France
Le personnel s'est installé devant l'entreprise sans bloquer les camions © Radio France - Stéfane Ppcher
Certains produits commencent à manquer comme par exemple à Intermarché de Cers dans l'agglomération de Béziers - Radio France
Certains produits commencent à manquer comme par exemple à Intermarché de Cers dans l'agglomération de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher
Plusieurs rayons sont impactés comme dans cet Intermarché de Cers dans l'agglomération de Béziers - Radio France
Plusieurs rayons sont impactés comme dans cet Intermarché de Cers dans l'agglomération de Béziers © Radio France - Stéfane Pocher