Économie – Social

Augmentation des fonds de soutien aux collectivités locales et aux hôpitaux : le soulagement dans la Loire

Par Julie Szmul, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 24 février 2015 à 15:48

CHU Saint-Etienne Hopital Nord
CHU Saint-Etienne Hopital Nord © Radio France - FBSEL

Le gouvernement l'a annoncé ce matin : les fonds de soutien pour les collectivités et les hôpitaux qui ont contracté des emprunts toxiques augmentent. Dans la Loire, plusieurs communes, ainsi que le CHU de Saint-Étienne sont concernés. Cette annonce est donc une très bonne nouvelle pour eux.

Le fonds de soutien pour les collectivités locales, aujourd'hui de 1,5 milliard d'euros sur 15 ans, sera "porté à 3 milliards d'euros" et celui des hôpitaux, aujourd'hui de 100 millions sur trois ans, "sera majoré de 300 millions sur dix ans" . Cette annonce ce matin du gouvernement provoque une onde de soulagement dans tout le pays, et particulièrement dans la Loire, où plusieurs communes sont concernées.

Emprunts toxiques SON Faverjon - JOURNAL 17H00

Les collectivités et les hôpitaux qui ont contracté des emprunts toxiques, notamment auprès de la banque Dexia, ont subi de plein fouet la décision de la banque nationale suisse de ne plus indexer le franc suisse sur l'euro. Cette décision, qui date de la mi-janvier, a provoqué une forte augmentation des taux d'intérêts des emprunts contractés auprès des banques suisses.

C'est le cas dans la Loire pour la commune d'Unieux, et pour le CHU de Saint-Étienne. La dette du CHU de Saint-Etienne a par exemple augmenté de 2, 5 millions d'euros en quelques heures suite à cette décision. Sur une dette total de  270 millions d'euros, l'hôpital a contracté un emprunt toxique de 40 millions d'euros auprès de la banque Dexia. Aujourd'hui il lui reste à rembourser environ 30 millions d'euros. A Unieux, la municipalité doit s'acquitter d'un dernier emprunt toxique auprès de Dexia, de 3 millions d'euros contracté en 2007. En décembre, le taux d'intérêt de cet emprunt était de 15 % : il a doublé en quelques semaines.

L'annonce faite ce matin par le gouvernement provoque un soulagement pour le CHU, comme pour la commune d'Unieux. Maurice Vincent, ancien maire de Saint-Étienne, également fondateur et ancien président de l'association Acteurs publics contre les emprunts toxiques se félicite de cette décision : il salue "une mesure bienvenue" , "un effort très important" de la part de l'Etat.

Emrpunts toxiques SON Vincent - JOURNAL 17H00