Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Augmentation du prix de l'essence : ça va continuer

-
Par , France Bleu Azur

Le prix de l'essence est en augmentation constante depuis le début de l'année. En ce mois de mai, les tarifs sont même plus élevés qu'en 2013 et surtout ont dépassés ceux d'avant la crise des gilets jaunes.

Augmentation constante du prix de l'essence au 1er trimestre 2019
Augmentation constante du prix de l'essence au 1er trimestre 2019 © Maxppp - Franz Chavaroche

Alpes-Maritimes, France

La courbe ne cesse de monter depuis janvier. Le prix de l'essence, tout carburant confondu, est en augmentation constante. Le niveau a même dépassé celui du mois d'octobre 2018, juste avant le mouvement des gilets jaunes. Mouvement qui justement avait été déclenché par la hausse prévue de la taxe carbone sur les carburants. Et si le gouvernement a gelé cette hausse, les autres taxes sont toujours d'actualité. Fonctionnant au pourcentage, elles s'indexent mécaniquement sur le prix du baril. Conséquence: les prix augmentent !

Pourtant, à l'époque, alors que les manifestations des gilets jaunes viennent de débuter, les prix à la pompe ont rapidement baissé. "Le gouvernement a demandé à la grande distribution et aux pétroliers de faire des efforts, explique Pierre Chasseray, de 40 millions d'automobilistes. Mais depuis janvier 2019, ça ne fonctionne plus. Les acteurs du secteur ne font plus ces efforts et les prix sont repartis à la hausse". A cela il faut rajouter l'action des producteur de pétrole qui organisent l'inflation.

Le gouvernement, de son côté, lui, ne touche surtout pas les taxes et ne le fera pas croit savoir Pierre Chasseray : "Un centime d'augmentation, c'est 500.000 millions d'euros qui tombent dans les caisses de l'Etat. Quand vous annoncez un plan à 17 milliards d'euros, nous avez tout intérêt à ne pas toucher ce qui vous rapporte beaucoup d'argent". Une mécanique qui n'est donc pas prête de s'arrêter et surtout qui pourrait conduire les prix à la pompe à atteindre les deux euros le litre certifie le représentant de l'association de défense des automobilistes.

Choix de la station

France Bleu