Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

Auto-écoles fermées, examens maintenus : « Une décision absurde prise par des technocrates » ?

-
Par , , France Bleu RCFM

Il faut dire que les auto-écoles sont ouvertes administrativement, mais elles ne sont pas autorisées à donner des leçons de codes ou des heures de conduites, alors que les examens eux sont maintenus. Une situation incompréhensible pour beaucoup.

Tract distribué lors d'une manifestation des gérants d'auto-écoles à St Priest, le 3 novembre 2020
Tract distribué lors d'une manifestation des gérants d'auto-écoles à St Priest, le 3 novembre 2020 © Maxppp - Richard MOUILLAUD

"L’article 35 du décret 2020 1310 permet aux écoles d’accueillir des candidats pour les besoins de l’épreuve du permis de conduire et du code de la route. Seulement, les cours de conduite et de code sont inaccessibles, que ce soit en voiture, en poids-lourd ou en moto", déplore Martine Guadagnini, présidente régionale du Conseil National des Professions de l’Automobile - pôle "éducation routière".

En effet, suivant les dernières dispositions de sécurité sanitaires liées au re-confinement de novembre, un candidat peut se rendre à l’examen du permis de conduire mais sans avoir pratiqué les jours précédents une formation "Madame la déléguée interministérielle a pris cette décision qui est complètement ubuesque", s'étonne Martin Guadagnini. 

Inquiétude pour les futurs conducteurs et la sécurité routière

"N’étant pas fermés administrativement, nous ne bénéficions d’aucune aide, tout simplement, puisque nous devons rester ouverts au public pour pouvoir présenter les candidats aux examens !", s'offusque-t-elle encore. "On ne peut pas présenter des élèves à l’examen alors qu’ils ne sont pas formés ! C’est les envoyer au désastre !"

La chose risque d'impacter les taux de réussites aux examens, ce qui serait préjudiciables aux autos-écoles labellisées. De plus, cela pourrait engendrer des coûts supplémentaires pour les élèves, s'ils venaient à échouer.

Économiquement, selon Martine Guadagnini, « nous sommes dans le flou le plus total, puisque M Le Maire, ministre de l’économie, annonce que nous allons avoir un reste à charge très important sur le chômage partiel. Il faudra peut-être faire beaucoup plus de 50% de perte de chiffre d’affaire pour bénéficier de 1500€ alors que si nous sommes fermés administrativement nous pourrons avoir peut-être 10 000€, sous certaines conditions. Le Premier ministre a opté pour un entre-deux incompréhensible et très préjudiciable à la mobilité et à la sécurité routière". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess