Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Auvers-sur-Oise veut sauver le cimetière de Van Gogh

dimanche 31 juillet 2016 à 4:00 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris

Le cimetière qui accueille la tombe du peintre est en piteux état. Pour le réhabiliter, l'institut Van Gogh lance un appel aux dons. Il doit trouver 600.000 euros.

Vincent Van Gogh est enterré à côté de son frère Theo à Auvers-sur-Oise
Vincent Van Gogh est enterré à côté de son frère Theo à Auvers-sur-Oise © Radio France - Géraldine Houdayer

Auvers-sur-Oise, France

Cette année, pour l'anniversaire de la mort de Vincent Van Gogh, décédé le 29 juillet 1890 à Auvers-sur-Oise, la petite commune du Val d'Oise ne fera pas remettre de tournesols sur sa tombe. Elle va garder l'argent des donateurs pour tenter de sauver son cimetière. Le village qui accueille la tombe de Vincent Van Gogh reçoit 200.000 visiteurs par an, mais ce petit cimetière communal n'est pas fait pour accueillir autant de monde. Et les pluies de ces derniers mois n’ont pas arrangé son état, piteux.

"Il y a des menaces d'éboulement, et des pierres s'échappent des murs" Stéphanie Piard, de l'institut Van Gogh

Le porche de l’entrée est recouvert d'un filet. « Il y a des menaces d’éboulement sur le fronton, explique Stéphanie Piard, qui travaille à l'institut Van Gogh. Du coup, un filet de protection recouvre son toit. Quand on fait le tour du cimetière, on voit aussi que des pierres s’échappent des murs.» Et les pluies de ces derniers mois n’ont rien arrangé : _« Lorsqu’il pleut, les allées de sable se transforment en gadoue, ce qui rend le parcours des visiteurs glissant et dangereux" , _poursuit Stéphanie Piard.

"On ne veut pas que ce soit Disneyland, ça va rester simple" Dominique-Charles Janssens, président de l'institut Van Gogh

Mais la ville n’a pas les moyens de réhabiliter le cimetière. Alors pour trouver les 600.000 euros nécessaires à la rénovation, l’institut Van Gogh lance un appel aux dons sur son site internet. « Il y a pas mal d’aménagements à faire, explique Dominique-Charles Janssens, le président de l’institut Van Gogh. Il faut drainer les allées, réparer l’entrée, installer l’électricité, des toilettes et un point d’eau pour ceux qui veulent arroser les fleurs. Mais on ne veut pas que ce soit Disneyland, sourit Dominique-Charles Janssens. Il faut rester le plus simple possible, et pour ça, on va travailler avec des architectes des monuments historiques."

En partenariat avec la ville, l'institut veut aussi rénover le mur de l'église, pour qu’elle soit comme lorsque Van Gogh l’a peinte, et également aménager le sentier qui mène au cimetière, lui aussi victime de son succès.