Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Les Eurockéennes de Belfort

Aux Eurockéennes de Belfort, le Cashless ne fait pas que des adeptes

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

Pratiques commerciales jugées abusives, manque de contrôle, de transparence... le système de paiement unique Cashless mis en place pour la première fois cette année sur les Eurockéennes de Belfort suscite le mécontentement de certains festivaliers. Explications.

La carte Cashless est mise en place pour la première fois cette année aux Eurockéennes.
La carte Cashless est mise en place pour la première fois cette année aux Eurockéennes. © Radio France - Jonathan Landais

Belfort, France

On vous rappelle le principe : cette année sur le festival des Eurockéennes de Belfort, pour payer vos consommations dans les bars, vos sandwichs, ou les goodies du merchandising... il n'y a plus qu'un seul moyen de paiement : le Cashless, une carte ou un bracelet, sur lesquels vous créditez une somme d'argent.

Objectif pour les organisateurs : gagner en rapidité, et mieux gérer, mieux sécuriser le flux d'argent qui circule sur le festival. Auparavant, il y avait de trop grosses sommes d'argent liquide à récupérer, avec les risques de vols et de perte que cela implique.

C'est de la merde, il n'y a aucun contrôle"

Tous les festivaliers ne sont pas convaincus par ce système. Certains ne font pas confiance aux commerçants : "c'est de la merde !" s'emporte l'un d'eux. "Tout le monde peut faire ce qu'il veut, les commerçants te rajoutent deux fois le truc... ils font passer deux fois la carte... il n'y a aucun contrôle !" D'autres accusent les organisateurs de se faire de l'argent sur leur dos, sachant qu'il faut payer un euro pour utiliser la carte :  "ça leur fait toujours un peu de bénéfice en fait... c'est comme pour tout".

"C'est de la merde ce système" : des festivaliers pas convaincus par le Cashless

Les festivaliers font la queue pour créditer leur compte Cashless sur le site des Eurockéennes. - Radio France
Les festivaliers font la queue pour créditer leur compte Cashless sur le site des Eurockéennes. © Radio France - Jonathan Landais

Des commerçants ne jouent pas le jeu

Cette festivalière s'étonne d'avoir pu payer un sandwich en liquide, alors que le Cashless est censé être le moyen de paiement unique : "au petit snack à l'entrée on a payé en espèces... on paye en espèces à manger, mais pas les bières, je ne comprends pas"."Tout ça c'est parce que les foodtrucks n'ont pas respecté l'engagement : normalement ils sont censés ne prendre que du Cashless", explique Arnaud, responsable Cashless sur le festival. Il travaille pour le prestataire Weezevent, qui a développé le concept. Il assure que le système est sécurisé.

"Normalement, les commerçants doivent montrer au client les montants qu'ils encaissent"

Relevé détaillé de ses consommations

"Moi je suis responsable sur Rock-en-Seine par exemple... ça fait huit ans qu'on fait du Cashless et ça roule super bien", explique Arnaud. Selon lui, il faut juste un temps d'adaptation. "Après, une fois qu'on l'a, ça va... la première et la deuxième année c'est toujours un peu compliqué". Le Cashless prendra-t-il ses marques aux Eurocks ? "Il faut former, éduquer les festivaliers", insiste Arnaud. Au moindre problème, il rappelle qu'il existe un point réclamation où chacun est censé pouvoir obtenir le relevé détaillé de ses consommations, comme le montre cette photo.

L'application Cashless permet au festivalier de contrôler ses transactions. - Radio France
L'application Cashless permet au festivalier de contrôler ses transactions. © Radio France - Jonathan Landais

Le festival des Eurockéennes est l'un des derniers gros festivals de musique en France à s'être mis à ce système. Le Crédit Agricole, l'un de ses partenaires, finance une partie du dispositif. La plupart des autres festivals l'ont déjà adopté, a priori sans trop d'encombre...

.