Économie – Social DOSSIER : Les Bonnes Ondes

Aux Jardins de la Croisière, des poules viennent enrichir les cultures

Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre mercredi 15 novembre 2017 à 5:01

Les Jardins de la Croisière et leur directeur, Erik Polrot, veulent développer un élevage d'une soixantaine de poules
Les Jardins de la Croisière et leur directeur, Erik Polrot, veulent développer un élevage d'une soixantaine de poules © Radio France - Renaud Candelier

A Sens (Yonne), les jardins de la Croisière ont désormais quelques poules. L'association d'insertion par le maraîchage veut développer cette activité pour créer un cycle naturel, de fertilisation et nettoyage des cultures. Une souscription est lancée auprès des sympathisants

L'association Les Jardins de la Croisière fait du maraîchage depuis plus de vingt au sud de Sens. Des légumes biologique produits par des salariés en insertion. Alors ajouter des poules, c'était presque une évidence afin de créer un cycle naturel sur l'exploitation. C'est Pierre le chef de culture qui en a eu l'idée : "les poules recyclent nos déchets. Elle participent du coup à la fertilisation de nos cultures grâce à leurs fientes. Et dans un second temps, elles produisent des œufs."

  • Pour participer financièrement au projet, Les Jardins de la Croisière ont lancé un appel à contribution
Pierre, chef de culture aux Jardins de la Croisière à Sens (Yonne) est à l'origine de l'idée d'amener des poules sur l'exploitation - Aucun(e)
Pierre, chef de culture aux Jardins de la Croisière à Sens (Yonne) est à l'origine de l'idée d'amener des poules sur l'exploitation - Les Jardins de la Croisière

Les Jardins de la Croisière possèdent déjà dix-sept poules. Ici pas de poulailler mais un enclos mobile explique Pierre : "on a un enclos grillagé de cinquante mètres de long qu'on peut déplacer toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Cela fertilise nos parcelles de cette manière." Des poules utiles pour les cultures et qui donnent le sourire à ces salariés en insertion comme Bénédicte, Ivoirienne : "En Afrique, chez nous à la maison on a des poules. Donc ça nous fait plaisir, chaque matin, le chef nous demande si elles ont mangé. On lui répond que oui et elles ont bu aussi. Elles se nourrissent de tout ce qui est bio ici."

"Il y a une vraie demande d’œufs de qualité"

- Erik Polrot, directeur de l'association

Des légumes bio et du blé, voilà qui donne des œufs très recherchés estime le directeur des Jardins de la croisière, Erik Polrot : "Il y a une vraie demande d’œuf de qualité et tout frais parce qu'on les ramasse et le jour-même ou le lendemain, ils sont vendus. En plus on est en bio donc il n'y a aucun pesticide. Si on trouve des produits sains, de qualité et qui ne viennent pas de l'autres côté de la Terre, c'est quand-même mieux pour tout le monde." Mais ce projet nécessite quelques investissements ajoute Erik Polrot: "un grillage électrifié contre les fouines ou les renards qui ne manquent pas, ce qui est un vrai problème pour les élevages de poules même si c'est un petit élevage, on ne dépassera pas soixante poules. Et puis on devrait avoir du matériel un peu plus adapté, des nourrisseurs, enfin tout le matériel autour de l'élevage."

Des poules rapidement adoptées par les salariés - Aucun(e)
Des poules rapidement adoptées par les salariés - Les Jardins de la Croisière

L'association espère récolter 3.500 €, un petit investissement pour des poules qui sont vraiment une richesse aux yeux de salariés comme Adam, venu du Soudan : "les poules comme celles-là, c'est cher chez nous. Les jours de mariage ou si vous invitez quelqu'un, on va donner une poule, ça veut dire - je vous aime beaucoup." Des poules précieuses aussi parce qu'elle sont d'une race ancienne, La Marans originaire de Charente-Maritime qui donne de magnifiques œufs de couleur rouge-brun.

  - Aucun(e)
- creative commons - babsy