Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Aux Sables-d’Olonne, les résidences secondaires vont être surtaxées

Par

Favoriser l’habitat à l’année : c’est l’objectif du plan en huit points voté lundi soir en conseil municipal des Sables-d’Olonne, en Vendée. Aujourd’hui, la ville compte 40% de résidences secondaires, dont 3.000 sont inoccupées. A partir de 2023, ce type de logement sera surtaxé.

La ville des Sables d'Olonne ne veut pas être qu'une station balnéaire La ville des Sables d'Olonne ne veut pas être qu'une station balnéaire
La ville des Sables d'Olonne ne veut pas être qu'une station balnéaire © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Inciter les propriétaires de logements à les louer, et à les louer à l’année : c’est l’objectif du plan adopté lundi soir par le conseil municipal des Sables-d’Olonne. Parmi ces mesures : l'augmentation de la taxe d'habitation sur les résidences secondaires, ou encore la création d'une taxe d'habitation sur les logements vacants. La ville veut aussi limiter les locations saisonnières, mais tout en aidant financièrement les propriétaires souhaitant louer à l'année. 

Publicité
Logo France Bleu

Le but est de dynamiser un marché de l’immobilier qui est aujourd’hui engorgé, mais aussi de vitaliser la ville des Sables, connue pour avoir une population plutôt âgée. Saint-Nazaire s'est déjà engagée dans une démarche comparable, Pornichet est en train de l'adopter, ainsi que plusieurs autres villes en France.

"Je ne comprends pas"

On s’en doute, pour les propriétaire de résidences secondaires que nous avons rencontrés, la pilule est plutôt amère. Martine, originaire du Luxembourg, est franchement en colère : "On investit dans une commune, on paye des impôts déjà élevés, et là, il faut payer encore plus. Je ne comprends pas." 

Quant à Eric, lui aussi propriétaire d’une résidence secondaire, les nouvelles taxes sont injustes : "Ce sont les personnes les plus aisées qui pourront facilement conserver leurs logements, les autres, celles qui sont justes, vont être pénalisées". 

Nous n’avons pas vocation à devenir une ville qui ne vit que 2, 3, 4 ou 5 mois par an. - Yannick Moreau, maire des Sables d'Olonne

Il n'y a pas le choix, dit de son côté le maire, Yannick Moreau. La ville des Sables ne doit pas être seulement une station balnéaire : "La crainte que nous avons, c’est d’avoir de plus en plus de locations touristiques et de moins en moins de logements à l’année". 

Et puis, il y a aussi le problème du vieillissement de la population des Sables et du dynamisme économique. Accueillir des entreprises et des salariés quand le marché de l'immobilier est bloqué, c'est évidement compliqué, dit David Yonnet. Il est le patron de Z and Co, une entreprise de communication qui compte 27 salariés, plutôt jeunes : "Ça nuit au recrutement, les gens qui viennent aux Sables le font aussi pour des raisons personnelles, et veulent profiter de la mer. Ne pas pouvoir disposer d’une environnement propice, pour un couple, ou un couple avec de jeunes enfants, c’est un vrai problème s’ils doivent partir à 10, 20 ou 30 km dans les terres". 

Les huit points du plan qui a été adopté en conseil municipal

Quatre mesures coercitives, à partir de 2023

  • L’instauration de la taxe d’habitation sur les logements vacants. Il y en aurait environ 3.000 dont beaucoup en mauvais état. 
  • L’instauration de la taxe annuelle sur ces logements. Il faut pour cela que la ville soit classée « zone tendue », ce qu’elle compte demander à l’Etat.  
  • La majoration de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. Le taux n’est pas encore fixé, mais l'augmentation peut aller jusqu'à  60%. 
  • La limitation du nombre de locations meublées touristiques autorisées par quartier. Le but est de freiner l’explosion des plateformes de location de particuliers à particuliers.

Quatre mesures incitatives, à partir de 2022 

  • Jusqu’à 10.000 euros d’aide pour les propriétaires qui acceptent de louer à l’année. 
  • Des aides à la rénovation énergétique majorée de 50 % pour les propriétaires qui loueront à l’année
  • Des aides pour la réalisation de travaux de rénovation 
  • La création d’un service « Infos conseils propriétaires » pour accompagner les propriétaires dans ce type de démarche

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu