Économie – Social

Auxerre : la guerre des salles de sport

Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre lundi 5 septembre 2016 à 21:43

Avec pas moins de 10 salles à Auxerre, la concurrence est rude.
Avec pas moins de 10 salles à Auxerre, la concurrence est rude. © Radio France - Delphine Martin

Avec plus de 10 salles dans l’agglomération, la mode du fitness s’installe durablement à Auxerre. Mais les professionnels du secteur craignent la saturation et tentent, chacun à sa manière, de tirer leur épingle du jeu.

La rentrée, c'est l'époque des bonnes résolutions, et c'est aussi invariablement le rush dans les salles de sport ! Dans l’Yonne, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a le choix, avec une dizaine de salles, rien que dans l'auxerrois, sans compter les cours associatifs et les coaches personnels.

Alors qu’une nouvelle structure doit ouvrir ses portes le 26 septembre à Moneteau, les professionnels de ce secteur très concurrentiel sont bien obligés de se lancer dans la bataille, pour conserver leurs abonnés et séduire de nouveaux clients.

On mise sur la proximité

Le phénomène s’accentue depuis neuf mois, avec l'arrivée de plusieurs établissements de chaîne qui tirent les prix vers le bas. Pour rivaliser, les indépendants doivent être créatifs, à l’image de Florent Raveneau, qui tient la salle Auxerre Fitness. "On se pose la question est-ce qu’il y aura assez de personnes pour aller dans toutes ces salles ?", reconnaît le commerçant, qui a mis en place de nouveaux cours collectifs et qui fait le choix de développer un accompagnement personnalisé. "Il faut avancer, avec des projets. Nous, on veut proposer un accompagnement de qualité. Un accompagnement de proximité ! Et non de masse."

"On se demande s'il y aura assez de clients pour tout le monde" : un indépendant auxerrois

L'établissement, ouvert depuis 5 ans, compte un peu plus de 1 000 adhérents. Comme Joffrey, qui s'entraine ici depuis un an. Il est passé par d’autres salles avant, mais là, il est séduit par l'ambiance familiale : "Ce qui me plait ici, c’est la convivialité. On est plus seulement des clients, on est des amis et pour rien au monde je ne changerais de salle", confie le jeune homme.

70 cours par semaine et plusieurs cours en même temps

A quelques kilomètres de là : Magic Form' : deux fois plus de personnel, deux fois plus d'abonnés et un espace plus grand. Ici, on mise sur la quantité. Sid Azouagh, associé et manager, dresse la liste des cours collectifs disponibles : "Nous avons 70 cours par semaine : du BODY ATTACK, du BODY PUMP,  de la ZUMBA, des cours de renforcement musculaires, et un nouveau cours qui s’appelle le TRX, une méthode qui utilise les gestes du quotidien. Nous avons aussi une grande salle de 1.500 mètres carrés et beaucoup de professeurs disponibles en même temps."

Les salles doivent rivaliser pour séduire de nouveaux clients - Radio France
Les salles doivent rivaliser pour séduire de nouveaux clients © Radio France - Delphine Martin

Un espace qui convient bien à Estelle, la trentaine, abonnée depuis deux ans : "C’est une salle où il y a de la place, on ne se sent pas étouffé. Il y a beaucoup de machines, souvent en double donc on n’attend pas et il y a une grande variété au niveau des cours collectifs".

Une clé USB et des horaires d’ouvertures très larges

Pour l'instant, le dernier né des clubs de fitness, c'est Elancia, ouvert depuis le mois d’avril 2016. Il s‘agit là aussi d’une chaîne auto-proclamée de "centres de remise en formé connectés". De fait, les 600 adhérents auxerrois se baladent entre les machines et les tapis de course avec une clé USB qui contient leur programme. Mais Damien vient surtout pour les horaires élargis : "c’est ouvert sept jours sur sept de 6h à 23h. Avec mon travail, je voulais une salle ouverte tard. Là, c’est imbattable."

Chez Elancia, les clients se promènent avec une clé USB - Radio France
Chez Elancia, les clients se promènent avec une clé USB © Radio France - Delphine Martin

La gérante de la salle, Pascaline Lukawski n’est pas tellement inquiète face à l’arrivée de nouveaux concurrents. "Il y a du travail pour tout le monde. Je pense qu’il faut se diversifier. Apporter beaucoup. Apporter des nouveautés. Mais la population d’Auxerre a envie de bouger. Elle a envie de faire du sport !" confie-t-elle en souriant.

A Auxerre, un abonnement coute entre 25 et 39 euros par mois selon les salles, avec un engagement annuel. On estime qu'environ 5.000 personnes sont inscrites dans des salles de sport de l'auxerrois.

Le reportage de Delphine Martin