Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avallon : Yves Veyrier, le numéro 1 de Force Ouvrière, apporte son soutien aux salariés de SKF

-
Par , France Bleu Auxerre

Les salariés du site SKF à Avallon (Yonne) ont reçu mardi la visite et le soutien du secrétaire général de Force ouvrière (FO) Yves Veyrier pour leur mouvement de grève illimité entamé lundi. Le personnel n'est pas satisfait des conditions de fermeture du site .

Le secrétaire général FO, Yves Veyrier, est venu mardi apporter son soutien aux salariés de SKF à Avallon (Yonne)
Le secrétaire général FO, Yves Veyrier, est venu mardi apporter son soutien aux salariés de SKF à Avallon (Yonne) © Radio France - Thierry Boulant

Le secrétaire général FO (Force ouvrière), Yves Veyrier, était en déplacement mardi à Avallon (Yonne) pour soutenir les salariés de SKF. Le personnel est en grève illimité depuis lundi. Le site qui  fabrique des roulements et emploie 140 personnes fermera au plus tard début 2023. Les  représentants des salariés et de la direction négocient les indemnités de départs et le compte n'y est pas. 

SKF à Avallon (Yonne) emploie 140 personnes. Le site doit fermer au plus tard début 2023.
SKF à Avallon (Yonne) emploie 140 personnes. Le site doit fermer au plus tard début 2023. © Radio France - Thierry Boulant

On remercie les salariés de SKF de façon absolument malpropre (Yves Veyrier)

La direction proposerait une enveloppe de 5 millions d'euros, les salariés réclament sept fois plus (35 millions). "C'est une entreprise, un groupe qui marche parce que les salariés s'investissent à fond dedans, mais on les remercie de façon absolument malpropre", s’indigne Yves Verrier.  "_Il n'est pas acceptable que la seule perspective après cet investissement sans relâche des salariés, ce soit  de fermer au moindre coû_t",  poursuit-il. "L'entreprise, doit assumer pleinement ses responsabilités vis à vis d'eux en mettant le paquet sur les conditions de départ".  

Les salariés de SKF à Avallon (Yonne) ont entamé une grève illimitée Lundi, suivie, selon les syndicats par au moins 90% du personnel.
Les salariés de SKF à Avallon (Yonne) ont entamé une grève illimitée Lundi, suivie, selon les syndicats par au moins 90% du personnel. © Radio France - Thierry Boulant

Des bénéfices pour le groupe en 2020

En prenant la parole devant une centaine de personnes, le numéro 1 de Force Ouvrière a rappelé que le groupe auquel appartient SKF avait distribué l'an dernier 180 millions d'euros de dividendes et fait 450 millions d'euros de bénéfices et qu'il avait donc les moyens d'être à la hauteur, vis à vis de ses salariés. 

La direction de SKF proposerait une enveloppe de 5,4 millions d'euros pour les indemnités supra légales, les représentants du personnel réclament 7 fois plus (35 millions)
La direction de SKF proposerait une enveloppe de 5,4 millions d'euros pour les indemnités supra légales, les représentants du personnel réclament 7 fois plus (35 millions) © Radio France - Thierry Boulant

Des conditions inacceptables

Même indignation de la part de Christopher Ferreira, le représentant syndical FO, qui a fait ses calculs : "On propose à une personne avec 40 ans d'ancienneté, de partir avec 50.000 euros. Alors, je vous laisse imaginer les conditions pour les salariés un peu plus jeunes", explique t-il, "c'est inacceptable. Tout le monde a compris qu'on était entré dans une grève pour une fermeture de site. Les gens sont émotionnellement touchés et tous les salariés sont mobilisés."

Le représentant syndical se dit prêt à négocier, "mais il faut" dit-il "que la direction soit prête au dialogue". Une direction qui mardi était injoignable.

Le site de SKF à Avallon  fabrique des roulements d'orientation utilisés, entre autre,  par les tunneliers.
Le site de SKF à Avallon fabrique des roulements d'orientation utilisés, entre autre, par les tunneliers. © Radio France - Thierry Boulant
Choix de la station

À venir dansDanssecondess