Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Avant la fermeture du cinéma UGC de Toulouse, les salariés sont "dans le noir"

-
Par , France Bleu Occitanie

L'emblématique cinéma du coeur de ville, dans son bâtiment art-déco, fermera définitivement mardi soir, le 2 juillet. Sur les 18 salariés, 10 se sont rapprochés d'un avocat pour contester le motif économique du licenciement.

Le cinéma a été fondé en 1931, et racheté par UGC en 1976.
Le cinéma a été fondé en 1931, et racheté par UGC en 1976. © Radio France - Mathieu Ferri

Toulouse, France

Mercredi prochain, un des plus grands cinémas de Toulouse sera définitivement fermé : l'UGC, à Jean-Jaurès. Jusqu'à ce mardi 25 juin, les ssalariés n'étaient au courant de rien : ils avaient juste reçu leur planning jusqu'au mercredi 3 juillet. Puis dans la matinée de mercredi 26 juin, ils ont appris par un message de la direction que la salle allait fermer avec la dernière séance, mardi 2 juillet au soir.

Au printemps, le groupe UGC a vendu le bâtiment à un promoteur, et on ne sait pas vraiment ce que l'immeuble art-déco va devenir. Sur les 18 salariés (dont 2 membres de la direction), 4 sont reclassés ailleurs dans le groupe (à Lyon et en région parisienne). 10 d'entre eux n'ont pas de solution, et ont décidé de prendre un avocat pour se défendre. Car si le groupe UGC dit que le cinéma toulousain n'était plus rentable, les salariés ne sont pas d'accord : "on sait que le cinéma n'était pas déficitaire. Ce n'était pas le plus rentable de France, mais pour nous, ce motif de licenciement économique n'est pas tenable" explique Romain Maillé, le représentant du personnel.

Un cinéma presque centenaire, et un bâtiment emblématique de Toulouse

Ce cinéma existe depuis 1931. Il s'appelait "Les Variétés". Auparavant, ce fût même un théâtre. Puis UGC l'a racheté en 1976, et en a fait 9 salles. Pendant toutes ces décennies, il a marqué la vie de la ville. Chaque Toulousain est allé forcément voir un film dans une de ces salles. 

"Une partie de la population toulousaine est attachée à ce vieux cinéma" - le délégué du personnel

Alors cette fermeture annoncée pince le coeur de Romain Maillé, comme ses 17 collègues : "une partie de la population toulousaine est attachée à ce vieux cinéma. Ca change des multiplexes qui se sont montés en 6 mois et qui n'ont pas l'histoire telle que celui là. De savoir qu'on n'arpentera plus les couloirs, qu'on ne vérifiera plus les salles, qu'on ne servira plus les clients... C'est quelque chose qu'on anticipe pas encore, car on est dans le jus mais... ils [la direction] nous laissent dans le noir, quoi".