Économie – Social

Avant le Nouvel An : le rush de dernière minute chez les notaires et les artisans

Par Marie Mutricy, France Bleu Maine et France Bleu jeudi 29 décembre 2016 à 12:46

Un habitant d'un hameau à côté d'Yvré-l'Evêque (Sarthe) fait changer toutes les fenêtres de sa maison avant le 31 décembre 2016 pour profiter du crédit d'impôts Transition énergétique
Un habitant d'un hameau à côté d'Yvré-l'Evêque (Sarthe) fait changer toutes les fenêtres de sa maison avant le 31 décembre 2016 pour profiter du crédit d'impôts Transition énergétique © Radio France - Marie Mutricy

Pour profiter de ristournes fiscales, les clients sont nombreux à solliciter artisans et notaires parfois jusqu'au jour du Nouvel An. Des professions qui ne posent pas de congés pendant les Fêtes !

"C'est bien simple, mon téléphone ne s'arrête plus de sonner, trois mois avant les Fêtes" témoigne Gérard Bouteloup, co-gérant de l'installateur de fenêtres Ouvertures 72, au Mans. "Je fais des journées en continu et aucun des 23 salariés de l'étude n'a posé de congés" précise Guillaume Lévêque, notaire à La Ferté-Bernard. Pour pouvoir profiter des abattements fiscaux et régler leurs affaires avant la nouvelle année, de nombreux clients sollicitent notaires et artisans parfois jusqu'au jour du réveillon !

Le crédit d'impôts transition énergétique reconduit en 2017

Le carnet de commandes de Gérard Bouteloup, co-gérant de l'installateur de fenêtres Ouvertures 72, au Mans, est plein. "C'est ric-rac, sourit-il. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai la moitié des mes équipes qui travaillent entre Noël et Nouvel An". L'entreprise compte 10 installateurs et ne recourt pas à la sous-traitance. Depuis la ré-instauration de ce crédit d'impôts en 2015, ça ne manque pas :

C'est une grosse accélération trois mois avant les Fêtes, pour nous. Les gens se réveillent après les grandes vacances et veulent bénéficier du crédit d'impôts. Ça nous pose des problèmes de carnet de commandes et d'effectifs !

Le chef d'entreprise souhaiterait que ce crédit d'impôt soit maintenu dans le temps : "la reconduction en 2017 a été annoncée il y a 8 jours uniquement, même si on avait des indices... Donc on est incapable de gérer ça avec nos clients, on ne sait jamais". Dommage car l'entreprise pourrait embaucher "au moins deux personnes ! Mais je ne le fais pas car je ne sais pas si le dispositif sera reconduit après 2017".

Le rush chez les notaires

Pour obtenir quelques mots d'un notaire avant le Nouvel An, il faut s'accrocher. A La Ferté-Bernard, les rendez-vous de Guillaume Lévêque commence très tôt dans la journée et finissent très tard. "Cette semaine, j'en reçois de 8 heures à 20 heures, parfois en journée continue" et les 23 employés de l'étude "n'ont pas pris de vacances"'. C'est traditionnel à la fin de l'année : les clients sont en vacances, en famille et règlent les affaires. "Beaucoup de rendez-vous de signatures, avec des dates butoirs au 31 décembre" témoigne encore le notaire. Installé au Mans depuis 20 ans, Philippe Mazuy n'avait jamais connu un pic d'activité comme celui-là. Et c'est dû au marché immobilier, selon lui :

Entre des prêts très intéressants et des produits [immobiliers] avec des prix beaucoup plus réalistes qu'il y a deux ans, c'est imparable : l'immobilier se vend très bien en ce moment - Philippe Mazuy, notaire au Mans

Le professionnel souligne la très bonne santé du marché des biens en dessous de 180 000 euros, notamment grâce à une fiscalité sur les premiers achats très intéressantes. Enfin, la réforme du divorce entraîne une certaine forme de précipitation explique Sophie Ribot, également notaire au Mans : "Je n'ai pas le temps d'entrer dans les détails, mais pour plein de raisons, on peut penser que ça va être parfois plus compliqué. Donc il y a plein de gens qui se dépêche de signer leur partage lié au divorce maintenant" plutôt que d'avoir deux avocats et un notaire pour régler ça en janvier.

A LIRE AUSSI | Divorcer à l'amiable sans aller au tribunal, comment ça marche ?