Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Avec dix fois moins de fréquentation, le port d'Ajaccio subit le lent déconfinement des croisières

-
Par , France Bleu RCFM, France Bleu

Moins de bateaux, moins remplis : le Covid-19 laisse encore des traces sur les quais du port d'Ajaccio. La CCI de Corse-du-Sud ne comptabilise qu'une dizaine de milliers de croisiéristes fin juillet, au lieu des 200.000 habituels à cette période.

Un navire de croisière dans le port d'Ajaccio
Un navire de croisière dans le port d'Ajaccio © Radio France - RCFM

C'est l'un des effets de la crise sanitaire, les bateaux de croisière sont moins nombreux cet été sur la Méditerranée. Autour de la Corse, seuls de petits navires se font voir mais au port d'Ajaccio par exemple, les habituels paquebots de plus de 5.000 passagers se sont volatilisés. Depuis le déconfinement, le gouvernement autorise les compagnies maritimes à faire de nouveau voguer leurs bateaux de croisière, dans une limite de 250 passagers à bord. Pas assez rentable pour certaines, qui préfèrent rester à quai.

Plus qu'une compagnie à Ajaccio

Cette baisse d'offre se fait sentir sur tous les ports de l'île mais à Ajaccio le constat est frappant : une seule compagnie y propose des croisières. "Peut-être que d'autres reprendront, on l'espère en tout cas., contre une cinquantaine en temps normal. à cette période on aurait dû avoir aux alentours de 90 navires, là on est à cinq ou six, c'est vous dire l'écart", explique Jean-Yves Battesti, responsable des ports à la CCI de Corse-du-Sud. Il comptabilise, pour la période de fin juillet, la réception d'une dizaine de milliers de passagers, contre 200.000 habituellement.

On subit le contexte sanitaire, impossible de se projeter - Jean-Yves Battesti, responsable des ports à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Corse-du-Sud.

Cette situation est d'autant plus incertaine, qu'elle est dépendante du Coronavirus. "La crise n'est pas encore terminée, en tout cas on nous le dit. Pour cette raison il est impossible de se projeter dans les prochains mois pour savoir de quelle manière ça va évoluer", concède le responsable des ports de Corse-du-Sud. La CCI estime que la perte économique sera assez importante, sans pouvoir d'ores et déjà la chiffrer.

Un impact sur l'économie locale puisque les commerces et les bars, notamment près du port d'Ajaccio, bénéficient habituellement du flux de croisiéristes qui transitent par la commune. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess