Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Garantie Jeunes : "Un laboratoire de la vie professionnelle et sociale" expérimenté dans le Limousin

-
Par , France Bleu Limousin
Limoges, France

La Garantie Jeunes sera généralisée à tout le territoire français à partir de janvier 2017 mais le Limousin fait partie de l'expérimentation de ce dispositif depuis avril 2015. Les Missions locales, comme celle de Limoges, tentent ainsi de favoriser l'insertion des jeunes en situation de précarité.

Une des promotions suivies par la Mission locale limougeaude dans le cadre de la Garantie Jeune
Une des promotions suivies par la Mission locale limougeaude dans le cadre de la Garantie Jeune - Credits Directe Limousin, Ph. Jubeau

C'est l'une des conséquences de la loi Travail, la Garantie jeunes sera étendue à toute la France à partir de janvier 2017. Les Missions locales du Limousin appliquent ce dispositif pensé pour accompagner les jeunes les plus précaires vers l'emploi ou la formation depuis avril 2015. En Haute-Vienne, ce sont deux Missions locales qui gèrent ce programme, la Mission locale rurale située à Aixe-sur-Vienne et celle de Limoges. En un peu moins de deux ans, pas moins de huit promotions sont déjà sorties de ce dispositif à Limoges.

Un dispositif pour raccrocher les jeunes précaires

Le but de la Garantie jeunes est simple et pourtant difficile à réaliser : redonner confiance à des jeunes de 16 à 25 ans en situation de précarité pour les guider vers le marché de l'emploi. La Mission locale oriente donc vers ce programme les jeunes qui n'occupent pas d'emploi, ne sont pas en formation et ont peu ou pas de ressources financières. Des promotions d'une vingtaines de personnes intègrent alors la Garantie Jeunes pendant un an.

Ils passent d'abord par une première phase collective de six semaines. Il s'agit d'abord d'apporter un cadre aux jeunes avec un rythme, des contraintes horaires, de renouer avec une vie en groupe également. Nathalie Bernard, coordinatrice du programme pour la Mission locale de Limoges explique le rôle fondamentale de cette entré dans le dispositif : "Les contenus vont permettre de reprendre des clés sur son autonomie face aux démarches administratives, à sa vie de citoyen, son budget ses droits à la sécurité sociale par exemple, sa santé aussi et bien sûr tout le volet sur la recherche d'emploi."

"L'objectif est de retrouver une dynamique de recherche d'emploi." Nathalie Bernard, coordinatrice de la Garantie Jeunes à Limoges

"Entrer le plus vite rapidement possible en situation d'emploi"

Après cette phase collective vient une seconde phase qui durera jusqu'à la fin du dispositif. Les jeunes sont alors suivis individuellement par deux conseillers. L'objectif est "d'entrer le plus rapidement possible en situation d'emploi" souligne Nathalie Bernard. L'équipe va alors s'atteler à construire un projet professionnel avec le jeune lorsque celui-ci n'en a pas ou de l'aider à le réaliser s'il en a un, dans le mesure du possible. "Nous travaillons en fonction de chacun, de sa zone de mobilité ainsi que du bassin d'emploi," insiste la coordinatrice qui se veut réaliste. Pendant cette seconde phase, les jeunes vont enchaîner les immersions professionnelles sous la forme de stages, de rencontre avec des professionnels et des recruteurs, etc. Durant toute la formation, les jeunes peuvent prétendre à une allocation d'environ 450 euros. Cette aide financière est donc importante pour leur permettre d'accéder à un quotidien plus serein. Nathalie Bernard insiste néanmoins sur un point : ce n'est pas un dû. Cette allocation est versée en fonction des démarches effectuées et les ressources générée le mois précédent par le jeune. "Il faut jouer le jeu, une commission effectue un contrôle strict." La Garantie Jeunes vient en aide à des jeunes en situation de précarité, avec souvent beaucoup de problématiques à prendre en considération comme leur santé ou leur situation familiale parfois compliquée.

"Ça ne dure qu'un an et l'idée est vraiment de les pousser à ne pas laisser passer cette chance qui leur est donnée, et d'utiliser cette période comme un rebond". Nathalie Bernard

A la sortie, les trois objectifs fixés par les financeurs du projet sont soit la signature d'un contrat de travail, soit l'accès à une formation ou d'avoir travaillé au moins 80 jours pendant la durée du dispositif. Depuis avril 2015, huit promotions ont achevé le programme. Sur les 170 jeunes, 58 ont connu une sortie "positive" (l'un des trois cas cités au dessus). Cela correspond à 30,4 % d'entre eux mais si l'on prend en compte uniquement les jeunes qui sont restés jusqu'au bout dans le programme, au nombre de 135, ce chiffre monte à 45 %. 249 jeunes ont été pris en charge via ce dispositif en 2015 et 333 depuis 2016.

L'expérimentation généralisée à toute la France en 2017

"Nous avions de l'expérience dans l'accompagnement collectif avec les jeunes, c'est ce qui nous a donné envie de participer à ce projet. Le fait d'être dans l'expérimentation permet de façonner la démarche, essayer des choses et espérer influencer le dispositif tel qu'il sera mis en place au niveau national." Nathalie Bernard

L'expérimentation a été lancée fin 2013 et confiée au fur et à mesure à diverses Missions locales sur le territoire français. C'est un décret publié mardi 27 décembre au Journal officiel qui a officialisé sa généralisation à toute la France à partir du 1er janvier 2017. Le Limousin, qui a mis en place le dispositif en avril 2015, a pu essayer des choses "notamment au niveau pédagogique car pour le reste le cahier des charges était très précis" explique Nathalie Bernard. "Nous avons fait remonter tout ce que nous avons pu constater, certaines ont été prises en compte comme la demande d'une simplification administrative".

Cette expérimentation a fait un effet boule de neige : "La façon dont nous avons mené ce projet va même influencer l'ensemble de nos missions." affirme la coordinatrice de la Garantie Jeunes à Limoges. Ainsi, la Mission locale limougeaude propose désormais une approche collective à l'accompagnement des jeunes dans ses antennes de quartiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess