Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les jours de grève, moitié moins de clients dans les commerces de la gare du Mans

lundi 23 avril 2018 à 17:49 Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine

REPORTAGE - Au dixième jour de la grève de certains cheminots, la baisse de fréquentation des commerces dans et autour de la gare du Mans est très nette. Leurs gérants estiment que la clientèle chute "au moins de moitié". Ils s'inquiètent des répercussions économiques de ce mouvement qui dure.

A l'heure du déjeuner, la gare et les restaurants aux alentours sont quasi-déserts
A l'heure du déjeuner, la gare et les restaurants aux alentours sont quasi-déserts © Radio France - Bertrand Hochet

Pas un chat dans les rayons pourtant fournis de la supérette située à l'intérieur de la gare. Derrière sa caisse, Wendy, la vendeuse désespère: "c'est désert! c'est toute la journée comme ça!" La jeune femme raconte qu'elle peut rester jusqu'à une heure ou une heure et demi sans voir le moindre client : "c'est très long, on s'ennuie". Dans le restaurant situé à côté, tout comme chez Paul, le constat est le même. La boulangerie voit deux fois moins de clients que d'habitude. L'une des vendeuses, Gabriella est contrainte de jeter sandwiches et viennoiseries et de baisser le rideau plus tôt que les autres jours: "d'habitude, on ferme à 19 heures. Aujourd'hui, nous sommes obligés de fermer à 15h. Cela ne sert à rien de rester ouvert. La grève a un réel impact sur nos commerces". 

"Une catastrophe, pourvu que ça s'arrête!"

A l'extérieur de la gare aussi, l'activité des restaurateurs fait du "yo - yo", selon qu'il y ait ou non grève. Yvon Réhel, le patron de la brasserie "Le Parisien" affirme qu'il est encore plus touché lorsque les jours de grève tombent le week-end: "en semaine, nous avons parmi nos clients, les personnes qui travaillent aux alentours. Mais le samedi et le dimanche, notre activité est très liées aux trains". Le gérant qui emploie huit salariés se souvient d'un samedi, où son chiffre d'affaire a été "de 600€ au lieu de 1.800€".  Un dimanche soir, raconte-t-il, "au lieu de faire 25 ou 30 couverts, nous n'avons fait qu'un seul couvert". Le restaurateur évoque une "catastrophe". Et conclut: "pourvu que ça s'arrête le plus tôt possible!"